• lundi 09 décembre 2019 05 h 36

  • Météo

    -3°C

  • Marées

Actualités

25 avril 2012 16 h 04

60 000 $ de Pétrolia pour des émissions «d’information»

Pétrolia et son partenaire Québénergie financent au coût de 60 000 $ une série d’émissions sur le pétrole, produite par la télévision communautaire de Gaspé. Les artisans de la série diffusée sur le Web refusent toutefois de la qualifier de publireportage.

La série comptera neuf ou dix épisodes de 25 à 30 minutes chacun. «Pétrole : de l’exploration à la production» évoque notamment les techniques de forage, les levés sismiques et le bail de production. Des représentants de Pétrolia y parlent de la création de l’entreprise, et de leurs espoirs pour les projets Haldimand (à Gaspé) et Bourque (près de Murdochville).

«Aucun documentaire en français n’existe sur l’exploration pétrolière. Notre but était d’informer, mais aussi de dire qui nous sommes», a indiqué par courriel la vice-présidente de Pétrolia, Isabelle Proulx, absente lors du lancement.

Le dernier mot à Pétrolia

Aucun journaliste n’était présent dans l’équipe de tournage de Télé-Gaspé. Pétrolia avait le dernier mot sur le contenu.

Pourtant, Télé-Gaspé persiste à parler d’émissions «d’information», et non de publireportage. Selon Igor Urban, directeur général de Télé-Gaspé, «on ne montre pas une goutte de pétrole qui fait pousser un arbre, mais des faits réels, par des géologues et des géochimistes, pour permettre à la population de se bâtir un jugement.»

Les géologues et les géochimistes en question sont des employés de Pétrolia. Les derniers épisodes expliqueront les recherches menées par l’Institut national de recherche scientifique et l’Université du Québec à Chicoutimi, deux projets financés par Pétrolia.

On entendra également les questions posées par des citoyens inquiets lors d’une assemblée publique et des extraits d’entrevue avec le maire de Gaspé.

Rien sur l’acidification

Même si Pétrolia affirme qu’elle n’utilisera pas la fracturation, il y aura une émission sur le sujet. «Isabelle [Proulx] tenait à faire une émission sur la fracturation, pour montrer la différence entre fracturer dans le schiste ou fracturer dans le grès [comme en Gaspésie]», explique François Labonté, le réalisateur de la série.

Toutefois, la série ne glisse pas un mot des travaux d’acidification réalisés en 2010 à Haldimand et à Tar Point (Douglastown). M. Labonté admet qu’il ne sait pas de quoi il s’agit. Pétrolia a injecté des milliers de litres d’acide chlorhydrique additionné de produits chimiques dans ses puits pour stimuler la production de pétrole.