• lundi 09 décembre 2019 18 h 47

  • Météo

    0°C

  • Marées

Actualités

20 décembre 2011 20 h 05

CAAF : la colère gronde chez les citoyens

Partager

Le transfert du contrat d’approvisionnement de 85 000 mètres cubes de bois attaché à l’ancienne usine de GDS, à Grande-Rivière, vers d’autres usines de la région suscite la colère au sein du Comité des citoyens de Chandler. Son président, Luc Gionest, estime que l'heure est à la mobilisation.

Une rencontre extraordinaire s’est tenue lundi après-midi entre les membres de ce comité et les élus de la MRC. Le transfert du CAAF, rendu officiel le 2 décembre dernier et annoncé publiquement deux semaines plus tard, était au coeur des discussions.

Luc Gionest, qui ne décolère pas depuis l’annonce du transfert, tout comme les membres qu’il représente, résume l’essentiel de son argumentaire qu’il a exposé lors de la rencontre. «Nous sommes allés faire des représentations pour dire que parler, parler pis parler, ça n’a rien donné jusqu’à aujourd’hui. Je demande que des actions soient prises et quand je dis des actions ça veut dire que la préfète, Diane Lebouthillier, doit agir dans ce dossier-là. Il faut mobiliser toute la communauté des gens d’affaire de la MRC, tous les organismes à but non lucratif et toute la population dans son ensemble [et organiser] une rencontre afin d’expliquer qu’est-ce qui s’est [passé].»

Malgré tout, M. Gionest demeure optimiste quant à la réalisation à Chandler du projet de transformation de bois de 50 millions $ d’Atlantic Fiber Resources, qui attend toujours le feu vert de Québec. «Oui, il y a toujours de l’espoir, mais je pense qu’il doit y avoir une mobilisation générale derrière ce projet-là.»

La concrétisation éventuelle de ce projet serait à son avis «une mesure réparatrice, en partie, pour tous les dommages subis par la perte de l’approvisionnement forestier au cours des dix dernières années dans la MRC du Rocher-Percé et par les pertes d’emplois perdus.» M. Gionest fait notamment référence à la fermeture, en 1999, de l’ancienne usine de papier Gaspésia qui a jeté à la rue des centaines de travailleurs.

La MRC également en colère

Peu après la rencontre, la préfète de Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, signait un communiqué qui en dit long sur l’état d’esprit qui règne au sein de son entité municipale. «L’attitude du gouvernement et des décideurs, qui a amené le transfert, de manière officielle et définitive, le contrat d’aménagement forestier de 85 000 mètres attachés à l’ancienne usine de GDS à Grande-Rivière vers Grande-Vallée, Saint-Elzéar et Gaspé, fâche et inquiète les maires et le préfet de la MRC du Rocher-Percé. On nous demande d’être solidaire régionalement et d’oublier l’économie de notre MRC, c’est inadmissible pour nous. Nous voulons affirmer au gouvernement notre mécontentement du règlement final dans ce dossier.»

Des actions à venir

Jointe par GRAFFICI.CA, la mairesse de Chandler, Louisette Langlois, qui n’a toujours pas digéré la décision de Québec, assure que le combat ne fait que commencer en précisant «qu’après le temps des fêtes, nous allons poser des gestes concrets! On demande à la population de se tenir debout et de nous aider à obtenir notre juste part. La MRC a perdu 400 000 mètres cubes de bois [depuis 2005], ça vaut des millions de dollars ça et nous n’avons jamais été compensés pour cette perte!»