• vendredi 30 septembre 2022 09 h 48

  • Météo

    9°C

  • Marées

Actualités

Politique
14 septembre 2022 13 h 38

Chronique d’humeur : Un redécoupage électoral schizophrénique

GASPÉ | J’ai grandi dans un petit patelin qui se nomme Saint-Léon-le-Grand, dans la Vallée de la Matapédia. Vous n’en avez probablement jamais entendu parler. Le village compte moins de 1000 habitants et le personnage le plus célèbre qui en est sorti est le Soldat Lebrun, chanteur qui aura laissé sa marque dans les années 1940, pratiquement tombé dans l’oubli aujourd’hui. La légende veut qu’Alexis le Trotteur ait eu sa résidence quelque temps dans le rang Lafrance. C’est à peu près tout.

Officiellement, je suis né à l’hôpital d’Amqui, qui est la plus grande ville de la MRC, à environ sept minutes de route ou quelque 11 kilomètres. Tous les « grands magasins » s’y retrouvent, tout comme la majorité des services, la plupart des bureaux administratifs, les supermarchés et tutti quanti. Amqui, c’est le point de convergence naturel de plusieurs petits villages qui seraient incapables de soutenir des commerces de grande envergure sur leur territoire. La MRC de La Matapédia compte en tout et partout 18 municipalités.

Pourquoi ce long préambule à propos d’une contrée située à environ quatre heures de route de Gaspé, où j’habite? Parce que des fonctionnaires quelque part qui devaient redéfinir les divisions des circonscriptions fédérales de 2024 ont jugé que l’idée était judicieuse de supprimer le comté d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia et de répartir les municipalités un peu n’importe comment nonobstant leurs affiliations naturelles, pour la simple et bonne raison que le poids démographique des circonscriptions doit être respecté.

La Constitution du Canada impose un examen des limites des circonscriptions à tous les deux recensements, aux 10 ans « afin de refléter les changements et les mouvements de la population ». L’exercice est nécessaire, certes. Personne ne le critique. Là où il devient risible, c’est lorsque les tracés sont édictés sans préoccupation des citoyens qui les occupent, charcutant les territoires de part et d’autre sans autre impératif que ce sacrosaint poids démographique.

La MRC de La Matapédia serait par exemple scindée en deux. Saint-Vianney, Saint-Tharcisius, Amqui, Lac-au-Saumon, Saint-Alexandre-des-Lacs, Causapscal, Sainte-Florence nous rejoindraient dans la circonscription qui serait maintenant baptisée Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine-Listuguj. Sayabec, Val-Brillant, Sainte-Irène, Albertville et mon village natal de Saint-Léon-le-Grand passeraient à l’ouest dans la circonscription de Rimouski-Matane.

Idem d’ailleurs pour la MRC voisine. Par exemple, Saint-René-de-Matane, dans La Matanie, ne serait pas dans la circonscription de Rimouski-Matane … mais dans celle de la Gaspésie, contrairement à Matane, qui voterait pour un député fédéral différent. Un capharnaüm de nomenclature, diraient certains.

Le ridicule est même poussé un peu plus loin. Le territoire non-organisé de Ruisseau-Ferguson dans la MRC d’Avignon, qui officiellement ne compte aucun habitant, ne se retrouverait plus en Gaspésie, pas plus que l’Ascension-de-Patapédia qui compte moins de 200 habitants et qui serait séparé des autres localités de Matapédia-et-les-Plateaux. Sur une carte, par contre, la ligne de séparation entre les circonscriptions paraît très bien; une droiture exemplaire du nord au sud, sans bavure.

La résistance se mobilise

Heureusement, un front commun s’est déjà organisé dans ce qui semble être un rare consensus non partisan. Une trentaine de signataires de divers paliers gouvernementaux ont fait paraître récemment une lettre d’opinion dans laquelle ils dénoncent ce tracé où « la réalité régionale et territoriale est balayée du revers de la main sans égards aux défis encore plus grands que ce redécoupage engendrerait ».

La démarche a été entamée par la députée Kristina Michaud, qui perdrait sa circonscription. J’ignore ses intentions pour la prochaine élection fédérale, mais pour l’anecdote, si elle décidait de se représenter, elle pourrait devoir défendre les couleurs de la Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine-Listuguj à partir du comté de Rimouski-Matane puisqu’elle a élu domicile à Val-Brillant, à l’ouest du nouveau trait de crayon suggéré …

La ministre Diane Lebouthillier désire aussi le statu quo, se disant estomaquée par la proposition et ajoutant même avoir eu un haut le coeur en constatant les propositions de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour la province de Québec, qui s’occupe de la démarche. L’Association libérale fédérale Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine s’oppose aussi formellement à la proposition.

Le métier de politicien peut être ingrat, pas besoin de vous faire un dessin. Et le télétravail a ses limites, on l’a bien vu. Les élus sont les premiers à vouloir prendre le pouls de leur population en rencontrant les gens sur le terrain. Imaginez maintenant devoir partir de Percé pour se rendre à un souper de financement à Sainte-Félicité, 330 kilomètres plus loin. Sans compter que les fonctions vous amèneront aussi aux Îles-de-la-Madeleine, uniquement accessible par avion si on veut optimiser ses déplacements.

Le territoire est déjà immense. Grand comme la Belgique à ce qu’il paraît. Il comprendrait dorénavant 52 municipalités distinctes, 11 territoires non-organisés et deux réserves autochtones. Prétendre pouvoir représenter adéquatement toute cette parcelle de terre est utopique et témoigne soit d’une lacune des connaissances du milieu, soit d’un manque de considération des régions. Dans les deux cas, un ajustement est nécessaire.

Tout ce que l’on peut espérer, c’est que les décideurs auront la sagesse comme en 2012 de donner leur aval afin de réitérer la dérogation permise en cas de circonstances extraordinaires, contrairement au redécoupage électoral schizophrénique proposé actuellement. À défaut de quoi les villes et villages de l’Est-du-Québec perdront encore une voix au chapitre, alors même que les indicateurs des deux dernières années démontrent une hausse démographique en Gaspésie. Et en espérant que les citoyens de mon village natal pourront voter pour un député qui les représentera toujours lorsqu’ils franchiront cet abysse qui les sépare d’Amqui.


Les limites actuelles de la circonscription de Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine. Photo : Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour la province de Québec


Les limites proposées de la nouvelle circonscription de Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine-Listuguj. Photo : Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour la province de Québec