• lundi 09 décembre 2019 13 h 27

  • Météo

    1°C

  • Marées

Actualités

2 juin 2014 16 h 07

Cimenterie : des détracteurs

Partager

GASPÉ —  Les cimenteries existantes, la Coalition avenir Québec et Québec solidaire tirent à boulets rouges sur le gouvernement Couillard à la suite de la confirmation de Québec des investissements de 450 M$ dans le projet de Ciment McInnis, de Port-Daniel-Gascons.

« L’industrie se sent trahie par son propre gouvernement. Il y a des limites à réunir autant d’aides gouvernementales, même contradictoires, pour un seul et même projet! Le projet de Port-Daniel-Gascons ne peut bénéficier du beurre et de l’argent du beurre, surtout pas dans le contexte difficile des finances publiques québécoises », soutient le porte-parole du Regroupement pour l’équité dans l’industrie cimentière québécoise, Michel Binette.

Les projections sur lesquelles le gouvernement semble se baser sont trop élevées par rapport  à la consommation réelle de ciment, selon une analyse économique commandée par le Regroupement.

Réactions politiques à Québec

Sans surprise, la Coalition avenir Québec, qui dénonce le projet depuis la première annonce faite par l’ancien gouvernement Marois, critique l’aide financière accordée par le gouvernement Couillard.

« Le premier ministre a passé la campagne électorale à dénoncer les politiques péquistes de développement économique et à accuser Pauline Marois d’avoir nui à l’économie du Québec. Or, une des premières annonces majeures de son gouvernement consiste en un copier-coller du projet péquiste bâclé de cimenterie en Gaspésie », souligne le chef, François Legault.

Il répète que chaque emploi créé par la cimenterie coûtera 1 M$ aux contribuables québécois.

À l’Assemblée nationale, le premier ministre Philippe Couillard a répliqué que c’était « une belle proposition d’affaires où les risques sont bien répartis ».

Pendant ce temps, Québec solidaire accueille cette nouvelle avec « une grande déception », soulignant que l’aide de Québec aurait pu servir à diversifier l’économie de la région plutôt qu’à « subventionner la destruction du climat ».

« Comment le Québec peut-il lutter efficacement contre les changements climatiques si la cimenterie de Port-Daniel-Gascons est susceptible d’ajouter 1,7 million de tonnes de gaz à effet de serre par année à notre bilan? », dit le député de Mercier, Amir Khadir.

Étiquettes :