• mercredi 11 décembre 2019 03 h 44

  • Météo

    -5°C

  • Marées

Actualités

16 octobre 2013 7 h 09

Cimenterie McInnis: Avantage financier déloyal?

Partager

PERCÉ - La future cimenterie d'un milliard de dollars à Port-Daniel-Gascons de Ciment McInnis est fortement contestée par un des gros joueurs de l'industrie, Lafarge Canada.

Dans une déclaration, dont nous avons obtenu copie, le directeur de la cimenterie Lafarge à Saint-Constant (Montérégie), Alex Wojciechowski, s’oppose fermement au projet gaspésien en se disant inquiet pour les emplois de sa propre usine.
« En tant que directeur d’usine, à la tête d’une équipe de plus de 100 employés syndiqués et non syndiqués à Saint-Constant, cette nouvelle me paraît très inquiétante. (…) Bien que le promoteur du projet prétend créer 100 emplois permanents en Gaspésie, il est possible que la création de ces nouveaux emplois entraîne des pertes d’emplois ailleurs, dont à notre usine de Saint-Constant », fait  valoir le directeur qui précise que d’après l’Association Canadienne du Ciment, les prévisions actuelles de la demande en ciment pour cette année sont de 1,7 million de tonnes, soit une réduction de 15 % par rapport à 2012.

Selon Alex Wojciechowski, il y a tout lieu de craindre la venue d’un nouveau joueur sur le marché. « Une production additionnelle de deux millions de tonnes à ces nouvelles installations en Gaspésie, tel que suggéré par le promoteur, Ciment McInnis, contribuera à un large surplus dans un marché qui est déjà saturé et affaiblira un secteur fragile de la construction, étant donné une demande insuffisante des réserves déjà existantes. »

Financement déloyal et injuste

Plus encore, le directeur de l’usine de Saint-Constant juge qu’un soutien éventuel par Québec envers Ciment McInnis, serait « une concurrence inégale entre producteurs de ciment, conférant à McInnis un avantage financier déloyal. Dans le passé, notre industrie a exercé ses activités sans grand soutien financier du gouvernement pour les nombreux projets destinés à la réduction de l’impact environnemental et à la croissance de notre poids économique par une production accrue. Si notre gouvernement apporte un soutien financier à ce projet, cela représenterait un avantage financier injuste pour ce nouveau joueur dans le secteur, négligeant par le fait même un soutien identique aux producteurs établis. »

Enfin, M. Wojciechowski prie Québec « de reconsidérer tout soutien financier pour le projet de Ciment McInnis en Gaspésie. Nous communiquerons avec notre député, Alain Therrien, (député péquiste de Sanguinet) ainsi qu’avec les leaders de notre communauté, pour les sensibiliser et obtenir leur soutien dans notre opposition à ce projet qui pourrait avoir des conséquences économiques dramatiques pour la communauté de Saint-Constant ».

On rappellera que Ciment McInnis souhaite une garantie de prêt de la part de Québec à hauteur de 30 % à 35 % des coûts du projet.

Réactions

En réaction, le président de Ciment McInnis, Christian Gagnon, a déclaré par courriel que son projet ne vise aucunement à détruire ou à déstabiliser des industries existantes. « Ciment McInnis est une nouvelle société, entièrement détenue par des Québécois, qui travaille à la création d’une cimenterie dont la production sera essentiellement exportée hors Québec. La mise en service de la cimenterie de Port-Daniel-Gascons n’aura que peu ou pas d’impacts sur l’industrie du ciment au Québec. D’autant plus que celle-ci est largement intégrée à l’industrie du béton ».

M. Gagnon a également tenu à dire que le projet gaspésien génèrera des retombées économiques considérables pour la Gaspésie et le Québec tout en rappelant que les installations, qui créeront des centaines d’emplois, seront les plus modernes et les plus efficaces sur le plan environnemental en Amérique du Nord.

Étiquettes :