• dimanche 15 décembre 2019 16 h 08

  • Météo

    3°C

  • Marées

Actualités

5 mars 2012 19 h 21

D’autres voix s’élèvent contre la Fédération des chambres de commerce

Partager

À l’instar de la MRC du Rocher-Percé, d’autres acteurs régionaux dénoncent la teneur du mémoire de la Fédération des Chambres de commerce du Québec (FCCQ).

Accusée récemment de mépriser les chômeurs de la région par la préfète de Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, la FCCQ est maintenant vertement critiquée par la présidente de Solidarité rurale du Québec, Claire Bolduc.

Cette dernière dénonce le fait que le mémoire de la FCCQ considère ceux et celles qui sont sans travail comme une ressource non exploitée. «C’est une vision extrêmement réductrice de ce qu’est une société, de ce qu’est une population, de ce que sont des personnes au coeur des communautés. C’est une vision que je qualifierais de pathétique!», peste-t-elle.

Mme Bolduc estime que la FCCQ a une vision réductrice du territoire québécois. «On est riche de nos populations et de nos territoires», lance-t-elle.

Le maire de Gaspé, François Roussy, est du même avis et estime que c’est en jumelant les forces des régions avec celles des grandes villes «qu’on va bâtir un Québec qui est fort. Mais ce n’est pas avec des propositions comme ça qu’on y arrive. C’est vraiment faible comme proposition.»

Réaction en Haute-Gaspésie

De son côté, la Chambre de commerce de  La Haute-Gaspésie (CCHG) confirme par voie de communiqué avoir pris connaissance du mémoire de la FCCQ en précisant qu’elle s’inscrit en faux, elle aussi, sur sa teneur. «Accepter cette  prise de  position, qui  à  notre  avis  démontre  un  manque  de  connaissance des régions éloignées et une insensibilité face aux régions  dévitalisées, serait contraire à notre mission de promouvoir l’entrepreneuriat,  le développement socio-économique et la croissance de la Haute-Gaspésie. Le  prétendu consensus  obtenu  par  la  FCCQ  nous  semble  provenir  très  fortement des grands centres urbains. Les réserves émises dans le mémoire, à l’effet qu’une minorité de chambres soit en désaccord, sont insuffisantes.»

Selon la chambre de commerce de La Haute-Gaspésie, une telle proposition aurait dû être soumise à toutes les chambres de commerce et pas seulement au conseil d’administration. La CCHG croit que ce n’est pas en  abandonnant  les  régions  dévitalisées  que  le  Québec  se  renforcira  économiquement.

La CCHG partage cependant le constat que fait la  Fédération sur l’inefficacité  des méthodes de développement actuelles. «La Haute-Gaspésie a été souvent  déçue par de belles annonces qui se sont avérées être des éléphants blancs.  Une révision des stratégies de développement et l’élaboration de stratégies  ciblées et cohérentes, associées  à  une  diminution  des  structures  une  diminution  des  structures  administratives, nous  semble  souhaitable», peut-on lire plus loin dans le communiqué.