• samedi 14 décembre 2019 02 h 45

  • Météo

    -6°C

  • Marées

Actualités

19 juin 2012 13 h 13

Des décrocheurs ontariens découvrent la Gaspésie

Partager

Six élèves en cuisine d'une école secondaire du sud de l'Ontario réaliseront leur examen de fin d'année lors d'un périple culinaire en Gaspésie.

Le périple gourmand de ces élèves en Gaspésie est l’idée d’un professeur de l’école Confédération de Welland, près de Niagara Falls, et Gaspésien d’origine, Mathieu Cyr.

«On regardait l’Ouest canadien, d’autres régions du pays, et les élèves m’ont demandé d’aller en Gaspésie puisque je leur en parlais souvent, dit celui qui est natif de Saint-Siméon. On a monté le projet et on fait faire le tour de la Gaspésie.»

Leur examen se déroulera durant un banquet au homard qui se tiendra à Saint-Siméon, le 22 juin. «La gestion du stress à l’intérieur de l’activité et la planification sont évaluées lors de cet examen de fin d’année. Pendant le voyage, chaque jour, un élève sera responsable des repas pour le groupe», ajoute l’organisateur.

«Un des buts est de leur faire découvrir le poisson et les fruits de mer frais. À Niagara, c’est difficile d’avoir des produits frais. Ça sera très intéressant pour les élèves», expliquer l’enseignant.

Durant leur séjour en Gaspésie, qui se terminera le 28 juin, ils s’arrêteront notamment à Bonaventure où ils devront fabriquer du pain, ils prendront la mer afin de pêcher du homard pour le banquet. Ils poursuivront leur tournée gourmande à Percé, Gaspé pour terminer le tout à Sainte-Anne-des-Monts par une visite de la chocolaterie Couleur Chocolat et une rencontre avec le réputé chef Yanick Ouellet.

Au-delà de la pédagogie, ce cours aura permet aux élèves du groupe de demeurer aux études et d’obtenir un diplôme d’études secondaires avec une spécialité de base en cuisine. «Le coin de la ville d’où je viens, c’est assez pauvre. Il y a beaucoup de femmes monoparentales, d’aide sociale, et des gros problèmes de drogue, indique M. Cyr. Il y a bien des jeunes qui ont des frères et  des soeurs à la maison et il faut qu’ils s’organisent pour trouver à manger. Il faut une lumière pour ces jeunes.»

Étiquettes :