• dimanche 15 décembre 2019 06 h 06

  • Météo

    2°C

  • Marées

Actualités

25 septembre 2014 15 h 55

Élections fédérales : un choix de circonscriptions à faire

Partager

CARLETON-SUR-MER – La controverse lancée lundi par l’ex-député libéral et bloquiste Jean Lapierre, à l’effet que le Parti libéral du Canada tenterait de recruter l’ex-députée et ministre québécoise Nathalie Normandeau, met notamment en évidence le choix qu’auront à faire certains candidats aux prochaines élections fédérales.

La nouvelle carte électorale fédérale divisera la Baie-des-Chaleurs lors du scrutin prévu pour 2015. La MRC d’Avignon basculera dans le camp d’une circonscription dominée par trois MRC situées dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent, Matane, la vallée de la Matapédia et la Mitis. La circonscription se nommera Avignon-Matane.
 
Alors qu’elle perd la MRC d’Avignon, la circonscription de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine accueillera la MRC de la Haute-Gaspésie. Pour le moment, si on tient compte du peu de candidats potentiels ou réels ayant manifesté leur intérêt pour l’élection de 2015, ce sont ceux résidant dans la Baie-des-Chaleurs qui doivent choisir.
 
Le député actuel de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone, a décidé de rester dans cette circonscription, même s’il est résident de Maria, municipalité qui sera située dans Avignon-Matane.
 
Si jamais Nathalie Normandeau s’entend avec le Parti libéral du Canada, elle aura aussi à choisir. Elle est originaire de Maria, et possède une maison à Carleton-sur-Mer, donc dans Avignon-Matane.
 
Pourrait-elle se baser sur les appuis reçus lors de sa dernière victoire électorale provinciale, le 8 décembre 2008, pour faire un choix?
 
Ce jour-là, elle avait obtenu une majorité dans 103 des 108 bureaux de vote de la circonscription de Bonaventure, dont une plus grande portion est localisée dans Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, au fédéral. Elle n’avait « échappé » des bureaux de scrutin qu’à Carleton, à Paspébiac, un dans chacun de ces cas, et trois à Port-Daniel-Gascons. Comme elle était ministre responsable de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, elle est davantage connue dans la circonscription qui porte ce nom à la Chambre des communes, que dans Avignon-Matane, même si elle jouissait d’un certain capital de sympathie au Bas-Saint-Laurent.
 
Lors des élections du 2 mai 2011, Philip Toone avait connu assez de succès dans la Baie-des-Chaleurs, terminant premier entre l’Ascension-de-Patapédia et Bonaventure, à l’exception de Grand-Cascapédia. Il avait terminé premier dans les villes de Gaspé, Percé et Chandler, et second aux Îles-de-la-Madeleine même s’il ne s’y était pas rendu pendant la campagne.
 
Si jamais l’ex-député progressiste conservateur et candidat conservateur Darryl Gray décide de se lancer de nouveau dans une campagne électorale, il aura aussi un choix à faire entre Avignon-Matane, où il réside (à Escuminac) et Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, qui englobe une plus grande part de la circonscription, qui s’appelait alors Bonaventure-Îles-de-la-Madeleine, qu’il a déjà défendu.
 
Toute spéculation à ce stade doit tenir compte du fait que la campagne électorale ne débutera sans doute pas avant l’hiver (un scrutin à date fixe n’exclut pas une élection devancée au printemps), qu’il est difficile de mesure l’effet que peut avoir eu la comparution de Nathalie Normandeau à la Commission Charbonneau sur l’électorat gaspésien, et le fait que les partis politiques n’ont dans la plupart des cas pas fait savoir à ce stade le nom de leurs candidats, et encore moins les dates d’investiture.
 
Si Mme Normandeau décide de se présenter à l’investiture de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, elle pourrait bien avoir de l’opposition. Tony Langlois, un professeur d’histoire résidant à Port-Daniel, ancien secrétaire et président de l’Association libérale de la circonscription, a demandé sa trousse de candidat du PLC.
 
« Elle n’est pas encore complétée. Je suis encore en réflexion. Mais je suis un vrai libéral à l’échelle fédérale. J’ai été organisateur en chef du candidat Jules Duguay lors de la campagne de 2011, et président de l’Association en 2012 (…) Je doute que Mme Normandeau soit aussi claire dans son allégeance. Elle n’est pas membre, à ma connaissance. Je suis responsable du recrutement », précise M. Langlois.

Quand à la principale intéressée, elle a confirmé par courriel en début de semaine «avoir été courtisée par le PLC. Par contre, elle ne fera pas d’autres commentaires», a écrit dans un courriel son relationniste, David Couturier.

Étiquettes :