• jeudi 05 décembre 2019 12 h 59

  • Météo

    -1°C

  • Marées

Actualités

22 février 2012 20 h 46

Faire du crazy carpet dans les Chic-Chocs : une activité risquée

Assoiffés de sensations fortes, de plus en plus de Gaspésiens dévalent les montagnes des Chic-Chocs en crazy carpet. Il s’agirait d’une activité risquée, selon les intervenants interrogés.

Le directeur général et prévisionniste au Centre d’avalanche de la Haute-Gaspésie, Dominic Boucher, prévient que cette activité, qui peut sembler banale, comporte des risques importants. «Dans un contexte de haute montagne, ça peut vite venir sérieux en cas de blessure, commente-t-il. Contrairement à une descente en ski alpin, en télémark ou en planche à neige, la crazy carpet n’a pas de carres. Il est donc difficile de maîtriser sa descente, voire d’arrêter sur une surface glacée.»

Qui plus est, ajoute M. Boucher, rares sont ceux qui porteront un casque. Les roches, les arbres, les ravins, le froid, les avalanches peuvent pourtant être des dangers potentiels pour le néophyte de la crazy carpet dans pareil environnement.

«Généralement, la crazy carpet est une activité de proximité, que l’on pratique près de chez soi, mais pas en zone alpine, dans un environnement sauvage et isolé», indique le spécialiste de la haute montagne. En cas de blessure, ajoute-t-il, les secours, tels que la Sûreté du Québec, peuvent prendre des heures à arriver, car les ambulances ne vont pas plus loin que le stationnement.

Selon M. Boucher, bien des gens ne sont pas conscients des risques que représente la pratique de cette activité. La plupart ne sont pas formés ou équipés pour faire face à une situation qui tournerait mal. Le spécialiste est d’avis que davantage de sensibilisation devrait être faite pour prévenir d’éventuels accidents.

Banaliser l’activité

Un rapide voxpop auprès de jeunes trentenaires en Haute-Gaspésie a confirmé les propos de M. Boucher. «J’ai un super système de freinage, quand je descends en crazy carpet sur le ventre dans les Chic-Chocs : mes raquettes», a déclaré un adepte de ce type de descente qui a souhaité garder l’anonymat.

«Voyons, ce n’est pas si dangereux que ça, il ne faut pas exagérer» a poursuivi un autre, qui s’aventure pourtant sans trousse de premiers soins ou matériels de sauvetage en cas d’avalanche.

Un phénomène mineur ?

Michel Côté-Ménard, préposé à l’accueil au Centre de découverte et de services dans le Parc de la Gaspésie , indique qu’on ne peut pas parler de l’émergence d’un phénomène crazy carpet en tant que tel. «Il n’y en a pas tant que ça, explique-t-il. C’est sûr qu’il y a plusieurs [personnes] qui iront en faire, mais ils ne viendront pas nous le dire!  

Interdite dans le Parc de la Gaspésie, l’activité est «non recommandée» dans la Réserve faunique des Chic-Chocs, précise M. Côté-Ménard. «C’est un peu dangereux, concède-t-il. Mais s’il est arrivé des choses, ça n’a pas dû être très grave. On ne nous a rien rapporté.»