• samedi 07 décembre 2019 14 h 08

  • Météo

    -7°C

  • Marées

Actualités

26 mars 2013 14 h 23

Gaétan Lelièvre critique le «Projet Saint-Laurent» de la CAQ

Partager

Le ministre délégué aux Régions et député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, estime que le «Projet Saint-Laurent» de la Coalition avenir Québec (CAQ) oublie la Gaspésie. 

La formation de François Legault veut développer l’axe du fleuve, particulièrement entre Montréal et Québec, afin d’en faire un «Silicon Valley québécois».

Même si le chef caquiste affirme que les régions ne seront pas mises de côté, le député délégué aux Régions, Gaétan Lelièvre demeure prudent, mais fait ce constat. «À ce jour, c’est un projet où la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine sont absentes. Ce n’est pas ça qui va sauver les régions», dit-il.

«Il ne semble pas que les régions-ressources soient dans la mire de ce parti. La Gaspésie est aussi absente dans ce projet qu’elle l’a été dans le programme électoral de la coalition», indique M. Lelièvre.

François Roussy en ajoute

Le maire de Gaspé, François Roussy, ne voit rien de bon pour la région dans le projet de la CAQ. «M. Legault nous dit »ça n’exclut pas les régions ». Moi, je pose la question »comment ça inclut la région si on ne l’exclut pas? » Ce qu’on voit, ce sont des crédits d’impôt et à l’investissement pour les entreprises qui s’installeront entre Québec et Montréal.»

Il souhaite que la CAQ se prononce sur le sort des régions. «Si on n’est pas exclus, j’aimerais savoir comment on est inclus», laisser tomber M. Roussy.

Le plan de relance bientôt présenté

Le ministre Lelièvre, responsable de la région, indique que le plan de relance de la Gaspésie est pratiquement terminé. Il sera présenté au conseil des ministres d’ici la fin du mois d’avril.

Il indique que le plan respecte «à quelques semaines près» l’horaire initial.

Selon M. Lelièvre, la question du transport sera un élément majeur de ce plan.

«On a de belles infrastructures, mais c’est difficile d’amener des gens, compte tenu des coûts et des délais. On n’est même pas en mode développement, on est en mode défense pour maintenir nos acquis», dit-il.

Le transport aérien est notamment ciblé. «C’est une priorité que je vais défendre. Si on ne règle pas ça, on va avoir de la difficulté à performer dans d’autres secteurs d’activités», souligne le ministre.

Étiquettes :