• jeudi 05 août 2021 23 h 38

  • Météo

    18°C

  • Marées

Actualités

11 juin 2021 15 h 59

Gaspé met en place un nouveau règlement

Partager

La Gaspésie a fait les manchettes sur la scène nationale d’une façon pas très élégante l’été dernier. La région a été vue d’une autre façon que bucolique. Des campeurs sans itinéraire précis ont envahi les plages et les lieux publics sans invitation, particulièrement dans les régions de Gaspé et Percé, prenant ces endroits comme des dépotoirs. GRAFFICI propose un rappel de ce qui s’est passé l’an dernier et un survol de ce qui est prévu cet été dans quelques municipalités.

GASPÉ | Le « bout du monde » a été le secteur le plus touché par le camping non organisé à l’été 2020. Certains soirs de juillet, GRAFFICI a pu compter plus de 40 tentes sur la plage Haldimand, des dizaines de roulottes et d’autocaravanes sur celle de Douglastown, sans compter les VTT qui circulaient sans respect pour les milieux fragiles et l’élyme des sables, cette plante qui protège le littoral de l’érosion de la mer.

Certains utilisateurs y ont laissé déchets, excréments, canettes et bouteilles vides… Un spectacle désolant pour la protection de l’environnement, à tel point que plusieurs reportages décriant la situation ont été faits dans les médias nationaux. À Gaspé même, le débat sur l’interdiction de cette pratique a soulevé les passions.

L’interdiction a obtenu une légère majorité par sondage (63 % pour Haldimand, 58 % pour Boom Defence et 54 % pour Douglastown), mais la Ville ouvre la porte à des projets pilotes de camping rustique pour les années suivantes. Une amende minimale de 200 $ est prévue pour les contrevenants.

Une gestion des déchets et de la sensibilisation à la protection des plages seront déployées. « On est conscients que tout cela n’est pas parfait, mais il fallait donner un signal clair à l’effet que 2021 ne sera pas comme 2020. C’est ce qu’a demandé une majorité de citoyens, des partenaires du milieu et les autorités de la Nation Micmac de Gespeg. On demeure ouvert à travailler sur le camping nomade mieux structuré sur le long terme », a affirmé le maire, Daniel Côté, lors du dépôt du règlement le 3 mai dernier. Il reste à conclure des baux avec Québec pour la délégation de pouvoirs afin que la Ville gère elle-même la situation.

L’administration municipale prévoit l’aménagement d’un camping de débordement lorsque tous les sites dans les 15 établissements privés du territoire seront complets. Il sera situé près du mont Béchervaise. Une agence de sécurité
ou la Sûreté du Québec sera chargée de faire respecter le règlement.

La Nation Micmac de Gespeg n’est pas contre le principe, mais déplore ne pas avoir été consultée par Québec, ce qui va à l’encontre des droits reconnus par les tribunaux. Les membres de la Nation espèrent pouvoir pratiquer leurs activités traditionnelles sur les plages.

 


Tous se cherchaient, en 2020, « le meilleur spot ». Ici, des visiteurs se sont installés près
du pont ferroviaire, à la plage de Haldimand. Photo : Nelson Sergerie


Un site de camping improvisé sur la plage longeant la rue Matte, à Douglastown. Photo : Nelson Sergerie

 

Lire la suite du dossier : D’un camping sauvage vers un camping plus civilisé