• mardi 10 décembre 2019 05 h 38

  • Météo

    8°C

  • Marées

Actualités

4 juillet 2014 10 h 34

Haldimand 4 : Pétrolia estime avoir rempli ses obligations

Partager

GASPÉ – Pétrolia estime qu’elle a rempli l’ensemble de ses obligations face à la réglementation municipale de Gaspé et entend lancer le forage à Haldimand 4 « au cours de l’été ». Il ne manque qu’à la firme pétrolière le permis de la torchère, « une formalité », selon son président-directeur général, Alexandre Gagnon.

La divergence persiste entre la Ville de Gaspé et Pétrolia. La semaine dernière, le maire de Gaspé, Daniel Côté, indiquait à GRAFFICI.CA demander la preuve à l’entreprise qu’elle ne contaminera pas l’eau potable lors du forage.

« L’étude hydrogéologique de l’INRS est venue démontrer clairement qu’il y avait un grand écart entre la perception des risques de la Ville de Gaspé sur la contamination de l’eau et les risques réels », indique M. Gagnon. Il souligne que l’équipement nécessaire est en place sur le site « pour éviter une contamination ».

Face aux exigences de la Ville, qui veut la démonstration que l’eau ne sera pas contaminée, « qui de mieux que l’INRS — indépendante de nous — peut faire la démonstration que nous n’altérerons pas l’eau avec un forage conventionnel comme on prévoit le faire », ajoute M. Gagnon.

Selon lui, le règlement provincial, qui était attendu à la fin juin, sera la solution pour clarifier la situation. L’autre option est le jugement en Cour d’appel sur le règlement municipal de Gaspé.

À cet effet, sa position est claire : « Ayant en main le jugement de la Cour supérieure à l’effet que la municipalité n’a pas juridiction, nous croyons que nous n’avons pas à nous soumettre à ce règlement municipal. Nous, on croit qu’on peut forer légalement », dit M. Gagnon. Toutefois, il estime que la meilleure façon de dénouer l’impasse demeure une collaboration entre la Ville et Pétrolia.

L’entreprise travaille sur un calendrier afin de lancer le forage à Haldimand 4. « Il nous manque l’autorisation pour la torchère. Les demandes sont déposées depuis plus d’un an. L’obtention de ce certificat fait partie de ce qu’on a besoin pour la reprise des travaux. On vise toujours l’été », indique M. Gagnon.

« La Ville avait des questions légitimes qui ont été répondues. Québec a entendu les demandes de Gaspé. Le travail de l’INRS est terminé et présenté à la population. Les réponses y sont. Nous avons attendu ce rapport. Des deux côtés, on a fait preuve de bonne foi et on est rendu à l’étape pour reprendre les travaux », conclut M. Gagnon.