• mercredi 11 décembre 2019 20 h 25

  • Météo

    -11°C

  • Marées

Actualités

13 janvier 2014 7 h 11

Hydro-Québec en appel contre deux citoyens de New Richmond

Partager

NEW RICHMOND – Hydro-Québec demande à la Cour du Québec la permission d’en appeler d’une décision rendue en décembre par le Tribunal administratif du Québec. Ce verdict avait multiplié les indemnisations de deux citoyens de New Richmond, Raynald Murphy et Léopold Audet, pour le passage d’une ligne de raccordement électrique passant sur leurs terres.

Pour M. Murphy, le Tribunal administratif du Québec (TAQ) avait déterminé qu’il devrait recevoir 28 569 $ d’Hydro-Québec, plus les intérêts courant depuis août 2012. La somme représente 20 fois plus que la première offre déposée par la société publique à la fin de 2011, et 50 fois plus que les 600 $ offerts en 2013.

 

Quant à lui, Léopold Audet devrait recevoir 12 238 $ si la décision du TAQ n’est pas éventuellement renversée par la Cour d’appel. Au début du différend, Hydro-Québec lui offrait trois fois moins, et six fois moins lors du dernier contact entre les deux parties.

 

La porte-parole d’Hydro-Québec, Catherine Bujold, a refusé de commenter le dossier, si ce n’est pour dire que la requête avait été acheminée à la Cour du Québec le 9 janvier.

 

Raynald Murphy s’attendait à une requête de la sorte d’Hydro-Québec parce qu’il est conscient que la décision du TAQ secoue les méthodes de calcul d’indemnisation d’Hydro-Québec.

 

« J’ai toujours dit que ce serait gagné quand j’aurais le chèque dans mes poches (…) Ils ne visent pas seulement moi. Ils disent que j’ai ouvert une porte, et ils veulent la fermer au plus sacrant », a indiqué ce menuisier utilisant régulièrement le bois coupé sur sa terre dans son travail.

 

Le TAQ lui a ainsi consenti 14 020 $ pour les arbres coupés, comparativement aux 200 $ d’Hydro-Québec. M. Murphy a aussi obtenu 4 500 $ pour la perte de son site de chasse au chevreuil, et 10 000 $ pour les « trouble et ennui » causés par ses démêlés contre la société publique.

 

Hydro-Québec ne reconnaît aucune valeur à sa chasse au chevreuil, allant jusqu’à contester sa participation à cette activité automnale.

 

M. Murphy note que la requête d’Hydro-Québec déposée à la Cour du Québec lui conférerait plus que les sommes offertes par la société publique il y a deux ans. « Ils me donneraient 2 500 $ pour les “troubles et ennuis” et 1 100 $ pour le bois. Est-ce qu’ils sont en train d’avouer qu’ils avaient tort devant le Tribunal administratif? Je vais poursuivre ma défense ».

 

 

Lui et son voisin sont les deux seuls citoyens du Troisième rang est à s’être opposés à l’offre d’Hydro-Québec. La cause en Cour du Québec sera entendue le 4 mars.