• mercredi 11 décembre 2019 19 h 14

  • Météo

    -10°C

  • Marées

Actualités

18 novembre 2011 13 h 49

L’ADQ demande la confiance des citoyens

L’Action démocratique du Québec demande aux électeurs de Bonaventure d’envoyer un message clair aux libéraux en élisant l’adéquiste Georges Painchaud.

De passage dans la région aujourd’hui pour accompagner son candidat, le chef de l’ADQ, Gérard Deltell est conscient que sa formation politique a beaucoup de travail à faire pour enlever le comté avec 3,5 % de votes obtenus en 2008. «La Gaspésie nous tient à cœur même si n’avons eu que près de 4 % au dernier scrutin. Nous présentons un candidat de qualité et c’est la meilleure démonstration que nous croyons au potentiel de la Gaspésie et respectons les Gaspésiens. Les libéraux n’ont pas livré la marchandise. Assez, c’est assez.» lance Gérard Deltell. Le chef de l’Action démocratique croit que le meilleur moyen de relancer la région est de permettre aux gens de demeurer ici, particulièrement les jeunes. «Il faut accentuer l’offre qui est faite aux étudiants au Cégep avec davantage de formations exclusives», affirme M. Deltell, qui ajoute que le développement économique y est aussi pour beaucoup. «Les gens viennent et vivent dans les régions économiquement viables. Nous devons développer les richesses naturelles de façon intelligente et acceptable pour l’environnement.»

Forêt

Gérard Deltell sait que les effets de la crise forestière se font cruellement sentir dans le comté et soutient que la situation actuelle permettrait d’investir dans la modernisation des équipements. «Il faut cesser de faire ce qui se fait en forêt depuis 30 ans. On ne veut pas non plus revivre des orgies de dépenses publiques avec des Papiers Gaspésia. Nous devons en profiter, quand le marché descend, pour moderniser les équipements et permettre aux travailleurs de se former davantage pour augmenter la production».

L’Action démocratique tient le même discours que Québec solidaire sur la carte électorale avec un système proportionnel mixte avec une compensation pour les régions. «Le système actuel est arrivé au bout de son exercice utile. Arrêtons de pelleter le problème en avant. Le PQ, en 1976 et le PLQ, en 2003, étaient en accord avec ce principe mais n’ont jamais eu le courage de le faire.»   M. Deltell accorde sa confiance au Directeur général des élections pour mener ce dossier à bien.

Étiquettes :