• mercredi 11 décembre 2019 03 h 49

  • Météo

    -5°C

  • Marées

Actualités

23 juillet 2014 16 h 33

Le Conseil de la culture craint une centralisation du ministère

Partager

BONAVENTURE – Le Conseil de la culture Gaspésie craint de voir la direction régionale du ministère de la Culture être fusionnée avec celle du Bas-Saint-Laurent, à l’instar des fusions survenues entre la Côte-Nord et le Saguenay-Lac-Saint-Jean et entre l’Outaouais et l’Abitibi-Témiscamingue.

Même si aucune information n’a été transmise à cet effet, la directrice du conseil, Anick Loisel, se questionne : « À date, on a aucune information, mais on pense que ça s’annonce comme ça. Pour l’instant, c’est hypothétique. On ne peut présumer de rien. Mais on s’attend à ce que ça peut arriver », dit-elle.

Elle rappelle qu’il y a déjà eu une direction unique pour le Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine dans le passé. « On retournerait en arrière. Les employés demeureraient dans la région et le bureau demeurerait à Bonaventure. Si ça se réalisait, le directeur régional, comme ailleurs, devrait devoir gérer les deux », avance Mme Loisel, rappelant la centralisation qui vient de se produire en éducation, avec la fermeture du bureau régional.

« Le bureau régional reste dans chacune des régions. C’est seulement la direction qui va s’occuper de plusieurs régions », croit Mme Loisel.

Le conseil d’administration du conseil a déjà tenu des discussions sur cette question. Les députés péquistes de Bonaventure, Sylvain Roy, et de Gaspé, Gaétan Lelièvre, seront sensibilisés. Une rencontre est également demandée avec le ministre responsable de la région, Jean D’Amour pour aborder l’ensemble du dossier de la culture dans la région.

« On ne veut pas être alarmistes avant de voir comment le tout va fonctionner. Notre région n’est pas touchée pour l’instant. Est-ce qu’on va perdre des services? Est-ce qu’on aura moins de possibilités d’accompagnement de la part des agents. À date, il ne semble pas y avoir trop d’inquiétudes », dit Mme Loisel qui croit que toutes les régions pourraient être touchées.

Étiquettes :