• lundi 16 décembre 2019 05 h 55

  • Météo

    -9°C

  • Marées

Actualités

27 octobre 2014 16 h 47

Le député Lelièvre dresse un triste bilan des sept premiers mois du règne libéral

GASPÉ - Selon le député Gaétan Lelièvre, "la fragilisation, l’improvisation et l’absence de vision caractérisent très bien l’inaction libérale à l’égard du comté de Gaspé et de la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine".

Lors d’un point de presse tenu à Gaspé ce matin et dans un communiqué diffusé dans les médias ensuite, le député de Gaspé et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires municipales et de développement des régions, M. Gaétan Lelièvre, s’est dit extrêmement déçu des sept (7) premiers mois au pouvoir du gouvernement libéral. Le député de Gaspé déplore notamment l’absence d’annonce structurante pour la Gaspésie depuis le 7 avril 2014.

« Pire encore, plusieurs annonces officielles du gouvernement du Parti Québécois on été annulées ou reportées », dénonce M. Lelièvre en citant quelques exemples dont les 174 places en centres de la petite enfance, l’investissement de 1 M$ au Parc de l’Île Bonaventure et celui de 10 M$ au Parc de la Gaspésie qui auraient été suspendus sous le règne libéral.

 « De concert avec l’ensemble des acteurs de la région, le Parti Québécois avait développé pour 2013-2018 une stratégie d’intervention gouvernementale porteuse de dossiers moteurs pour l’ensemble de la région. Bouder pour des considérations partisanes cet outil de planification conçu avec et pour le milieu est un affront à l’égard des leaders et de la population de la région », soutient le député péquiste qui déplore aussi que le principe d’ « occupation dynamique du territoire » semble complètement avoir été évacué par les libéraux.

Le député de Gaspé dénonce aussi l’absence de préoccupation véritable et de vision globale du gouvernement Couillard à l’égard de la Gaspésie et des régions ressources du Québec qui se caractérise selon lui par un retour à la centralisation des pouvoirs vers les ministères; le refus de consulter et d’impliquer les acteurs du milieu dans les décisions majeures les concernant; la fragilisation des régions, des territoires et des communautés dans leur capacité d’auto développement et de la prise en main de leur avenir (diminution majeure des ressources professionnelles et des budgets affectés en région) et l’intégration de 2 régions distinctes, soit la direction régionale du ministère de la Culture et des Communications (Bas-Saint-Laurent et Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine).

« C’est comme si ce gouvernement, réfugié dans ses grandes tours, était le seul à décider de ce qui est bon pour le citoyens et citoyennes des régions », déclare Gaétan Lelièvre qui perçoit que le gouvernement libéral semble vouloir museler les régions.

« En plus de couper les budgets de la région, l’attaque en règle contre les organismes du milieu a pour conséquences de diminuer notre expertise sur le territoire et d’éliminer beaucoup des porte-paroles traditionnels de la région (CRÉ, CLD, MRC, CJE, etc.) On peut donc se demander qui défendra les régions dans le futur? Combien de personnes seront mises à pied, combien devront quitter la région pour chercher du travail ailleurs? », s’inquiète le député.

« Cet exode et ce musèlement  de nos leaders d’aujourd’hui et de demain, de notre jeunesse est une forme sournoise d’attaque à la démocratie en brisant le fragile, mais essentiel, équilibre entre la dynamique du «pouvoir» et du «contre-pouvoir» », conclut le député qui se demande où sont les efforts de rationalisation financière demandés à la machine gouvernementale centrale? « Est-ce seulement les organismes et les forces vives porte-paroles des régions qui doivent être coupés de leur budget? »

GRAFFICI.CA vous propose, dans son intégralité, le tableau synthèse des impacts des sept (7) premiers mois du gouvernement libéral par secteur d’intervention préparé par le bureau du député Lelièvre et présenté en annexe du communiqué de presse:

Transport

•    Absence de vision globale dans l’important dossier des transports en Gaspésie (période cruciale).
•    Manque de leadership dans le dossier d’Orléans Express en laissant la CTQ accorder une diminution de services sans précédent au seul transporteur par autocar en région: 50% de coupure du service et abandon du tronçon Grande-Rivière/Gaspé (Percé = capitale touristique?) tout en lui laissant son exclusivité sur le tronçon Montréal/Québec.
•    Réseau routier du MTQ : Coupure de 30% du budget annuel 2014-2015, qui passe de 84 à 60 millions de dollars, soit le plus faible budget de l’histoire de la région. Où est l’équité? Région de Montréal : augmentation de près de 10%.
•    Transport ferroviaire : Première année 2014 sans investissement sur le réseau gaspésien, en attente d’une réponse pour une aide de 1,8 million de dollars pour notre réseau. Pourtant, une annonce de 20 millions de dollars pour une étude relative à la construction d’un 3e chemin de fer pour le Plan Nord.

Santé

•    Un recul de 40 ans au plan de la régionalisation des services de santé et retour à la centralisation des pouvoirs à Québec.
•    Remplacement de 60 administrateurs bénévoles issus du milieu des 4 CSSS de la Gaspésie par 7 administrateurs nommés directement par le ministre et qui recevront une rémunération (voir le projet de loi).
•    Qui défendra les besoins de la population en matière de santé et de services sociaux sur l’immense territoire gaspésien? Qu’arrivera-t-il aux sous-centres de services du territoire tels que Murdochville, Grande-Vallée, Marsoui, Barachois et Cap-Chat?
•    Nouvelle approche de financement des services de santé et de services sociaux basée sur le per capita, extrêmement dommageable pour les régions comme la Gaspésie (faible population étalée sur un grand territoire).

Éducation

•    Outre la mention de l’École nationale des Pêches et de l’Aquaculture de la Gaspésie (EPAQ) au sein de la stratégie maritime, concrètement de quelle façon cette stratégie permettra-t-elle la relance de l’EPAQ? Aucune proposition du ministre régional lors de sa venue à l’EPAQ le 10 octobre 2014.
•    Une timide volonté gouvernementale à l’égard de l’EPAQ, un sursis de 2 ans accordé à l’EPAQ sans aucune majoration de budget ni de ressources, laissant les dirigeants et le personnel de l’établissement aux prises avec l’énorme défi de sauver cette institution nationale unique au Québec.
•    Aucun développement dans le dossier de la formation postsecondaire et professionnelle dans la région depuis avril 2014 (heureusement qu’il y avait la coupure du ruban du Centre de formation professionnelle réalisé par le Parti Québécois en Haute-Gaspésie le 10 octobre dernier pour donner un peu de visibilité au gouvernement libéral).

Municipal, développement local et régional et occupation du territoire

•    Abolition ou réduction massive des organismes de développement local et régional (CRÉ, CLD, CJE) :

–    Diminution des enveloppes budgétaires pour les projets en région (de 40 à 60%).
–    Diminution des ressources professionnelles présentes sur le territoire (Appauvrissement de la région au niveau des connaissances).
–    Combien de jeunes professionnels perdront leur emploi et devront quitter la région?

•    Advenant le transfert des responsabilités des CRÉ et CLD aux MRC, est-ce que les budgets actuels seront au rendez-vous? Les élus municipaux auront-ils l’odieux de dire non à la plupart des dossiers et des promoteurs en raison d’enveloppes budgétaires largement diminuées? Les élus municipaux doivent être extrêmement vigilants afin de ne pas servir de bouc émissaire dans l’opération de coupures en région du gouvernement Couillard. Qu’adviendra-t-il de l’expertise interdisciplinaire déployée par les représentants de la société civile siégeant au CLD et à la CRÉ?

•    Coupure des programmes Réno-Village et PRU

–    Coupure de 2 millions de dollars qui affectera plus de 300 familles, des entrepreneurs et des quincailleries du comté de Gaspé.
–    Augmentation des besoins en logements sociaux pour le gouvernement (incohérence et absence de vision globale).
–    Va à l’encontre de la volonté de maintenir les personnes le plus longtemps dans leur milieu naturel (incohérence et absence de vision globale).

Avenir de Murdochville ?

–    Première année sans versement d’une aide financière gouvernementale spécifique pour soutenir Murdochville dans ses opérations municipales.
–    Aide financière gouvernementale de 1 million de dollars pour les 4 prochaines années présentée par la ville de Murdochville, en attente d’une décision gouvernementale.
–    Aide financière gouvernementale de 900 000 $ requise pour la conversion du système de réfrigération de l’aréna, qui permettrait une économie annuelle récurrente à la municipalité de 125 000 $ et le maintien d’une infrastructure jugée prioritaire par la population.
–    Nécessité d’un positionnement gouvernemental à l’égard de l‘avenir de Murdochville.

•    Le pacte fiscal : toujours en attente de son dépôt par le gouvernement

–    Pourtant, adoption des budgets municipaux et MRC en novembre et décembre 2014, essentiel pour les municipalités de connaître les aides financières gouvernementales versées en matière de péréquation d’en lieux de taxes, budgets voiries locales, etc.
–    Essentiel pour déterminer le compte de taxes des citoyens.

•    Projet de loi 10, ministère de la santé

–    Remplacement de 60 bénévoles représentants de la population par 7 administrateurs nommés par le ministre.
–    Abolition de postes en région et processus de reclassement des employés vers les grands centres, contribue à l’exode de la population et à la perte d’expertise en région.

•    Menace de transfert des bâtiments et du service de transport scolaire aux municipalités et MRC: Est-ce que les budgets nécessaires seront au rendez-vous? Ou est-ce que, comme lors du transfert d’une partie du réseau routier gouvernemental vers les municipalités (réforme Ryan), les contribuables devront une fois de plus assumer ces coûts supplémentaires?

Jeunesse et immigration

•    Les Carrefours jeunesse emploi : diminution majeure de leur rôle à l’égard de la clientèle jeunesse.
•    Recul à l’égard des efforts des 20 dernières années afin d’obtenir un seuil migratoire positif au niveau des jeunes en région.
•    Abolition des bureaux régionaux du ministère de l’Immigration du Québec: quel sera l’impact sur les enveloppes budgétaires allouées aux régions pour favoriser l’immigration et l’intégration des nouveaux arrivants?

Éolien: quel avenir pour ce créneau d’excellence gaspésien?

•    Retard dans l’adjudication des contrats suite à l’annonce du 800 mgw du Parti Québécois en juin 2013. Conséquences sur les emplois des usines de la Gaspésie.
•    Aucune décision quant à la poursuite des achats d’énergie éolienne par Hydro-Québec pour la période 2014-2025, 2025 étant le début de la période de renouvellement naturelle des composantes des parcs éoliens existants.

Tourisme, faune et parc

•    Report à une date indéterminée l’investissement majeur annoncé en février 2014 par le gouvernement du Parti Québécois:

–    10 millions de dollars pour le Parc national de la Gaspésie (tourisme hivernal).
–    1,2 million de dollars pour le Parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé.

Étiquettes :