• mardi 10 décembre 2019 18 h 45

  • Météo

    9°C

  • Marées

Actualités

3 septembre 2014 15 h 59

Le Riverain de Sainte-Anne-des-Monts ferme ses portes

Partager

GASPÉ – Transcontinental met la clef dans la porte du journal Le Riverain de Sainte-Anne-des-Monts, tout comme La Voix de la Matanie et la Voix Gaspésienne de Matane, deux mois après les avoir acquis à la suite de la transaction impliquant les 74 hebdos de Québecor Média. Les autres hebdos de TC Média en Gaspésie demeurent en place.

Le journal L’Avantage, propriété de Transcontinental avant la transaction, continuera d’être publié en Haute-Gaspésie et à Matane. Le 1er juin dernier, l’entreprise avait conclu avec le Bureau de la concurrence une entente prévoyant la mise en vente de 33 journaux hebdomadaires, à la suite de la transaction. À la conclusion du processus, 20 journaux ferment leurs portes parce qu’ils n’ont pas trouvé preneur.

« Les décisions entourant cette réorganisation ont été prises en veillant à ce que les collectivités continuent à recevoir une information locale pertinente tout en s’assurant de préserver le plus grand nombre possible d’emplois », écrit Transcontinental, dans un communiqué.

Dans le cadre de cette restructuration, 80 personnes perdent leur emploi chez TC Média. Toutefois, GRAFFICI.CA a appris que le journaliste Dominique Fortier et la conseillère publicitaire Francine Dugas conservent leur emploi malgré la fermeture du Riverain.

« Ça demeure une perte. Dans une publication régionale – parce qu’on parle de deux MRC -, si on a cinq ou six reportages sur la Haute-Gaspésie par semaine, on va s’en tenir sur des événements qui risquent de toucher un plus grand nombre de personnes », déplore le préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier.

« La diversité de l’information va disparaître parce qu’on va s’en tenir à un seul média », ajoute M. Cormier.

Réaction de la FPJQ

La section régionale Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine-Matane de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) déplore ces fermetures, surtout pour la diversité de l’information.

« C’est une perte. Il y a beau avoir d’autres journalistes locaux que ceux de ces hebdos, plus il y a de journalistes qui décortiquent l’actualité, mieux le public est servi », explique la présidente de la FPJQ, Geneviève Gélinas.

Elle souligne que la FPJQ s’était opposée aux fermetures de journaux à la suite de la transaction. « Nous déplorons cette pratique d’acheter des journaux pour ensuite les fermer. »

Par ailleurs, la FPJQ rappelle que le journal Le Havre de Chandler est toujours privé de journaliste depuis des mois. « On espère que Transcontinental va s’en occuper », précise Mme Gélinas.