• vendredi 13 décembre 2019 01 h 18

  • Météo

    -17°C

  • Marées

Actualités

22 octobre 2014 9 h 36

Lelièvre inquiet face aux intentions des libéraux

Partager

GASPÉ – Centres locaux de développement, Conférence régionale des élus, fusion des directions régionales du ministère de la Culture, restructuration du réseau de la santé, le député péquiste de Gaspé, Gaétan Lelièvre, se dit très préoccupé par toutes les rumeurs de compressions à venir au niveau de l’ensemble des structures de développement régional que s’apprêterait à faire le gouvernement Couillard.

« Le gouvernement libéral joue extrêmement gros, est très ambitieux. J’espère qu’il y a un plan global dans tout ça. Que ce ne sont pas des coupures ministère par ministère. Est-ce qu’on a évalué l’impact de ces coupures dans les régions? Je ne voudrais pas qu’elles servent de cobaye », lance le député péquiste de Gaspé, Gaétan Lelièvre.

Soulignant que le tout demeure des rumeurs, il se dit tout de même inquiet et il « entend suivre les dossiers de près ».

« C’est dur pour les régions depuis l’arrivée de ce gouvernement-là. Je ne veux pas faire de politicaillerie, mais on accumule les pertes », dit M. Lelièvre.

Il cite les impacts éventuels du projet de loi 10 sur la réforme de la structure du réseau de la Santé, où la soixantaine de bénévoles siégeant sur les différents conseils d’administration des CSSS de la région seront remplacés par des gens nommés par le ministre. « C’est de la centralisation », lance le député.

« On parle maintenant d’abolir les Conférences régionales des élus. Les CRÉ jouent un rôle au niveau des régions. Ça prend des gens qui vont concilier les visions de chacune des MRC. Depuis 30 ans, on a cheminé en matière de concertation en Gaspésie. Il ne faudrait pas reculer à l’époque où chacun décidait pour sa propre cour », dit-il.

Sur la question des CLD, M. Lelièvre rappelle qu’une compression dans la région n’a pas le même impact que dans les grands centres. « On ne peut pas se permettre de perdre des ressources. On a besoin de ça pour notre développement », dit le député.

Il admet que le gouvernement a le pouvoir de revoir les structures « pour les mettre à sa main », mais du même coup, il souhaite qu’en bout de piste, la région ne ressortira pas perdante de toutes ces réformes.

Étiquettes :