• lundi 16 décembre 2019 06 h 17

  • Météo

    -9°C

  • Marées

Actualités

29 avril 2013 15 h 19

L’incertitude persiste autour de l’appel d’offres d’énergie éolienne

Partager

QUÉBEC - Malgré l'assurance qu'ont démontrée trois ministres du gouvernement Marois la semaine dernière, à Québec, concernant l'appel d'offres de 700 MW qui avait été annoncé par les libéraux, les élus et l'industrie éolienne trépignent d'impatience.

Le ministre délégué aux Régions et ministre responsable de la Gaspésie, Gaétan Lelièvre, a confirmé, mardi dernier à l’Assemblée nationale, que son gouvernement s’apprêtait à faire une annonce. «Ça va être à très court terme, a-t-il déclaré. Il s’agira de la plus belle formule que le Québec aura connue en termes d’allocations. J’aime mieux parler d’allocations que d’appel d’offres. Ça ouvre les portes à beaucoup de formules nouvelles et ça va répondre aux besoins des régions. Ça va en laisser plus dans les régions que la formule traditionnelle.»

Délégation à la rencontre des politiciens

Une délégation s’est rendue à Québec afin de rencontrer des parlementaires à ce sujet. Composé notamment de représentants de l’industrie éolienne et d’élus de la Gaspésie, le contingent aurait souhaité entendre un engagement plus précis. 

 

«Mme Marois, vous ne pouvez pas continuer à garder dans le doute 5000 travailleurs québécois, dont plus de 1200 Gaspésiens, a adressé la mairesse de New Richmond, Nicole Appleby, à l’endroit de la première ministre. On entend déjà dire que des gens veulent quitter la région parce qu’ils sont inquiets pour leur emploi. Certains sont déjà partis. On ne veut pas de cet exode.»

L’opposition dénonce l’incertitude

Deux députés de l’opposition officielle ont uni leur voix aux acteurs politiques et économiques. «Au Parti libéral du Québec, nous avons grandement misé sur l’énergie éolienne car nous croyons sincèrement qu’il s’agit d’un moteur de création de richesse pour le Québec, a lancé le porte-parole de l’opposition en matière d’énergie, Pierre Paradis. Nous nous étions engagés à produire 4000 MW d’énergie éolienne d’ici 2015. En juin 2012, nous avons annoncé un quatrième appel d’offres afin de remplir notre promesse.»

«Malheureusement, depuis que le Parti québécois est arrivé au pouvoir, ce dossier stagne, continue le député. Il est important de poursuivre le développement de la filière éolienne pour s’assurer du maintien des 5000 emplois associés à cette industrie dans tout le Québec et des  1200 emplois en Gaspésie. Je demande à la ministre d’agir rapidement.»

Son collègue Jean D’Amour, député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, a ajouté: «Pendant que la ministre réfléchit et fait de grandes analyses, les carnets de commandes des entreprises qui fabriquent des éoliennes se vident, la situation des entreprises se fragilise et les travailleurs sont dans l’incertitude totale.»

Lors d’une entrevue réalisée un peu plus tôt par GRAFFICI.CA, la ministre des Ressources naturelles confirmait l’intention de son gouvernement de soutenir l’industrie manufacturière québécoise de l’éolien, même si le Québec se trouve en surplus d’énergie. 

«On a créé l’industrie manufacturière au Québec, on va en avoir besoin dans le futur, avait laissé tomber Martine Ouellet. Donc, il faut s’assurer de la maintenir. Lorsque les analyses seront terminées, je pourrai vous faire des annonces plus précises.» 

La ministre prévoyait cette annonce avant juin. «J’espère même que ce sera beaucoup plus rapide que ça», avait-elle fait savoir.

Certains observateurs croient que l’annonce sera faite par la première ministre lors de sa visite en Gaspésie prévue en mai.

Étiquettes :