• dimanche 15 décembre 2019 00 h 59

  • Météo

    2°C

  • Marées

Actualités

27 septembre 2012 12 h 04

Motion sur le fœtus : les groupes de femmes de la Gaspésie s’inquiètent

Même si la motion concernant les droits du fœtus a été battue mercredi soir à la Chambre des communes, la Table de concertation des groupes de femmes de la Gaspésie-les-Îles n’est pas rassurée. 

La motion, qui a été déposée par le député conservateur Stephen Woodworth, visait la mise sur pied d’un comité parlementaire qui aurait eu le mandat d’étudier à quel moment un fœtus devient un être humain.

M. Woodworth a soutenu que sa motion ne concernait pas la question de l’avortement, mais plusieurs estiment que cette initiative avait comme objectif de déclencher un processus menant à la réouverture du débat sur le libre choix des femmes.

Le verdict

Pas moins de 203 députés ont voté contre et 91 pour, dont la ministre de la Condition féminine Rona Ambrose, une situation que juge «inacceptable» la coordonnatrice de la Table de concertation des groupes de femmes de la région, Marie-Thérèse Forest. «Elle a commis une faute énorme. Nous savons très bien que cette motion aurait relancé le débat sur l’avortement. La ministre envoie un message inquiétant aux femmes du Canada et du Québec», fustige Mme Forest.

«Rien d’acquis»

La représentante des groupes de femmes estime par ailleurs que ce vote démontre que le droit à l’avortement ne peut être considéré comme un «acquis» au Canada. «Plus d’un tiers des députés fédéraux ont voté en faveur. C’est très apeurant. C’est une illustration, une fois de plus, de la montée de la droite morale. Il n’y a rien d’acquis», souligne-t-elle, ajoutant du même souffle sa crainte de revoir un député fédéral déposer une motion semblable au cours des prochaines années.