• dimanche 15 décembre 2019 14 h 24

  • Météo

    4°C

  • Marées

Actualités

26 juillet 2012 15 h 13

Navigue.com à la conquête du marché de la téléphonie

La firme gaspésienne Navigue.com vient de recevoir son accréditation du CRTC lui permettant d’offrir les services de téléphonie résidentielle et commerciale pour sa clientèle de la Baie-des-Chaleurs.

Après plus de deux ans de travail et des investissements de plus d’un million de dollars, la firme gaspésienne a maintenant le feu vert pour commencer à offrir ses services de téléphonie.

Un des propriétaires de l’entreprise, Jean-Marie Perreault,  souligne que cette étape viendra fortement modifier le marché de la téléphonie dans le sud de la Gaspésie. «Au Québec, peu de petites entreprises comme la nôtre parviennent à concurrencer les plus gros joueurs. Et plus il y a de la concurrence, plus les coûts sur le marché diminuent. C’est une bonne nouvelle pour les Gaspésiens», mentionne-t-il, promettant des «forfaits très concurrentiels».

Déjà une forte demande

Le copropriétaire constate que l’arrivée des nouveaux services était fortement attendue par les résidants de la Baie-des-Chaleurs. Alors que l’entreprise n’a fait aucune publicité pour les faire connaître, M. Perreault raconte que «le téléphone n’a pas arrêté de sonner» au cours des derniers jours. «Le bouche à oreille a fait son effet. C’est clair que nous aurons beaucoup d’ouvrage dans les prochains mois», se réjouit-il.

Collaboration du milieu

Depuis qu’elle offre les services d’Internet haute vitesse dans le sud de la Gaspésie, la firme Navigue.com bénéficie d’un mouvement de sympathie de la part des Gaspésiens. Et de l’avis de M. Perreault, les gens de la région seront nombreux à s’intéresser à leur nouveau service. «Notre concurrence offre la téléphonie résidentielle et commerciale, alors il fallait offrir la même chose. Maintenant, les clients pourront choisir de faire affaire avec une entreprise de la région», mentionne-t-il avec fierté.

Navigue.com emploie actuellement une vingtaine de personnes.