• jeudi 12 décembre 2019 12 h 06

  • Météo

    -10°C

  • Marées

Actualités

6 août 2014 9 h 53

Patrimoine de Percé : Québec n’interviendra pas

PERCÉ - Le ministère de la Culture et des Communications n'entend pas intervenir dans le processus de vente à venir touchant deux bâtiments patrimoniaux de Percé.

C’est ce que rapportent Le Devoir et la radio CHNC ce matin. La directrice de la direction régionale du MCC Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Hélène Laterrière, a confirmé que son ministère n’interviendra pas dans ce processus parce que les bâtiments en question, soit le Bell House (1836) et l’Auberge au Pirate 1775, ne sont pas classés au titre de la Loi sur le patrimoine culturel. Et ce, même s’ils sont situés à l’intérieur du Site patrimonial déclaré de Percé entériné par décret en 1973.

Mme Laterrière a précisé aux médias que le titulaire de la Culture peut intervenir dans un tel processus dans le seul cas où un bâtiment est classé au titre de la Loi sur le patrimoine culturel. « La ministre peut exercer un droit de préemption, soit préalablement à tout acheteur, quand il s’agit d’un bâtiment classé. » Or, a-t-elle ajouté, dans le cas qui nous intéresse, on se retrouve avec deux bâtiments qui ne sont pas classés et, de ce fait, « nous n’avons pas le contrôle sur la vente ni sur l’usage éventuel que les nouveaux propriétaires pourraient en faire ».

Mme Laterrière s’est faite toutefois rassurante en rappelant que le prochain propriétaire des bâtiments (le Bell House est évalué à 296 000 $ et Le Pirate à 393 000 $) devra se conformer aux règles et aux principes directeurs qui régissent le Site patrimonial déclaré de Percé sur les plans de la rénovation et de la restauration.

Mis au fait de la position du MCC, le maire de Percé André Boudreau s’est dit déçu de la position tout comme le directeur du musée Le Chafaud de Percé, Jean-Louis Lebreux qui sont tous deux à l’origine de la demande d’intervention du MCC afin de bloquer la vente aux enchères. Ces derniers souhaitaient par la même occasion que Québec entame sans délai des discussions avec la Ville de Percé afin d’acquérir ces deux bâtiments à des fins de musée et de centre d’expositions chargés de la conservation et de la mise en valeur du patrimoine artistique de Percé.

La date limite pour déposer une soumission auprès du syndic est fixée au 12 août prochain. Par ailleurs, le soumissionnaire doit déposer en garantie 5 % du montant d’achat qu’il propose.