• mercredi 01 décembre 2021 23 h 28

  • Météo

    -3°C

  • Marées

Actualités

science
18 novembre 2021 11 h 25

Portrait de scientifique : Guillaume Cavanagh-Morin

Depuis septembre 2020, GRAFFICI vous présente des scientifiques qui, tant en sciences naturelles qu’en sciences humaines, contribuent à l’avancement des connaissances en direct de la péninsule. Grâce à leur expertise pointue dans leur domaine de prédilection, ils démontrent qu’il est fort possible de faire rimer les mots « Gaspésie » et « science ». Cette fois, nous vous présentons Guillaume Cavanagh-Morin, un ingénieur en mécanique vivant à Gaspé.

Un ingénieur et sa région

GASPÉ | Directeur de l’ingénierie de la firme Kwatroe Consultants, Guillaume Cavanagh-Morin chapeaute une petite équipe spécialisée en mécanique et en électricité du bâtiment. Portrait d’un ingénieur au service de sa communauté.

Guillaume Cavanagh-Morin invite GRAFFICI à prendre place dans son bureau du siège social de la firme, situé en périphérie du parc industriel des Augustines, à Gaspé. Pièce typique, munie d’un ordinateur avec lequel il conçoit les plans de projets en mécanique du bâtiment. À sa fenêtre surgit la silhouette d’une quincaillerie dont le chauffage est assuré par huit puits géothermiques conçus par la firme de génie. Plus à l’ouest, on distingue l’usine de pales d’éoliennes de l’entreprise LM Wind Power. « J’ai fait des calculs pour leur future usine et chiffré les économies d’énergie si on utilise une technologie versus une autre », indique l’ingénieur en mécanique.

Bon an mal an, Kwatroe Consultants conçoit les plans de quelque 150 projets voyant le jour sur le territoire gaspésien, aux Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord. Il s’agit de projets touchant essentiellement la mécanique et l’électricité du bâtiment. « La majorité des autres firmes en Gaspésie font du génie civil avec les projets du MTQ [ministère des Transports du Québec] », explique l’homme originaire de Gaspé. « Je n’ai jamais pensé pouvoir revenir en région avant l’arrivée de Kwatroe. »


L’ingénieur sur le toit du siège social de Kwatroe Consultants, à Gaspé. L’immeuble consomme 62 % moins d’énergie qu’un bâtiment standard. Photo : Jacques Gratton

De A à Z

Comme la majorité des jeunes Gaspésiens souhaitant poursuivre un parcours universitaire, Guillaume Cavanagh-Morin doit s’exiler. « Après un séjour dans l’Ouest canadien pour apprendre l’anglais, je suis rentré en génie mécanique à l’Université Laval, raconte-t-il. C’est le programme qui m’ouvrait le plus de portes. »

Détenteur d’un baccalauréat en génie mécanique et d’une maîtrise en administration des affaires, le jeune homme travaille à Québec, dans une usine où il conçoit des équipements pour la mécanique du bâtiment. Il entretient toutefois l’espoir de rentrer chez lui, en Gaspésie. « Je n’ai jamais eu le goût de me spécialiser en aéronautique ou quelque chose comme ça, parce que j’avais toujours l’envie de revenir ici », confie Guillaume Cavanagh-Morin. La création, en 2005, de la firme de génie Kwatroe Consultants lui offrira cette opportunité.

« Moi ce que je voulais faire, c’est de la conception», révèle celui qui a joint l’entreprise un an plus tard, en 2006. « Et la firme est vraiment plus orientée conception, sans compter qu’on fait tout nous-mêmes de A à Z. » La petite firme – une dizaine d’employés, dont sa conjointe Valérie Gagnon, directrice des affaires administratives et elle aussi ingénieure en mécanique – mise ainsi sur la polyvalence de ses ingénieurs pour mener à bon port les contrats qu’elle décroche.

« Contrairement à d’autres firmes d’ingénierie où les projets impliquent à tour de rôle divers intervenants, je vais faire moi-même les relevés sur le terrain, la conception et les dessins », signale l’ingénieur. Cette façon de faire, bien qu’imparfaite, permet une plus grande rapidité d’exécution. « Ainsi, on connaît vraiment bien nos projets, donc on croit que ça nous permet de donner un meilleur service », poursuit-il.

Démontrer son savoir-faire

Dans l’optique d’exposer les aptitudes de la firme dans la conception de systèmes durables, Kwatroe Consultants aménage son siège social de manière à répondre aux critères de la certification LEED, niveau Or, une évaluation externe qui atteste la performance d’un bâtiment sur les plans humain et environnemental.

« On voulait faire une espèce de showcase pour montrer aux clients qu’on était capables de faire des bâtiments performants », explique Guillaume Cavanagh-Morin. Complété en 2011, l’édifice comporte différents systèmes réduisant sa consommation énergétique (62 % de moins que celle d’un bâtiment standard) et sa consommation d’eau (-30 %). L’éclairage DEL (diode électroluminescente) avec détection de présence et de luminosité, des eaux grises réutilisées pour les toilettes, une roue thermique (un échangeur de chaleur circulaire) et un mur solaire, notamment, contribuent ainsi à l’efficacité énergétique du bâtiment.

Choisir la technologie appropriée

La plus grande part des projets réalisés par Kwatroe Consultants se concentre dans les secteurs commercial et institutionnel. En outre, ils concernent principalement les systèmes mécaniques et électriques des bâtiments, comme la ventilation, l’électricité, le chauffage et la plomberie. « Il n’y a pas beaucoup d’industriels en Gaspésie, donc 85 % des projets se font en bâtiment, autant dans le secteur public que privé », expose l’ingénieur en mécanique.

Dans le secteur privé, la quincaillerie Home Hardware, attenante aux bureaux de la firme à Gaspé, a bénéficié de l’expertise de la compagnie quant à l’efficacité énergétique de son édifice. Ici, la géothermie, qui consiste à pomper la chaleur du sol, était la technologie appropriée. « Quand on va dans la terre, on est capables d’atteindre un coefficient de performance de 3 sans problèmes, c’est-à-dire qu’en dépensant 1 kilowattheure (kWh), tu en reçois 3 en chauffage, illustre Guillaume Cavanagh-Morin. En plus, tu peux climatiser avec le même appareil ». À titre comparatif, les plinthes électriques convertissent 1 kWh, d’électricité en 1 kWh de chauffage.

En ce qui a trait au milieu institutionnel, la firme gaspésienne se voit confier des mandats par des établissements scolaires, des centres hospitaliers ou encore des services gouvernementaux. Le Centre québécois de formation en maintenance d’éoliennes, affilié au Cégep de la Gaspésie et des Îles, a été muni d’un système de chauffage par géothermie qui, conjugué à d’autres mesures de développement durable, réduit considérablement sa consommation d’énergie. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Îles a fait appel à Kwatroe Consultants afin d’économiser sur sa facture énergétique (voir l’encadré de la page suivante).

Enfin, au Centre hospitalier de Gaspé, l’aménagement de thermopompes offrant un bon coefficient de performance (soit 2,2) a permis de réduire la consommation de certains systèmes de ventilation auparavant 100% électriques. « L’aérothermie [la thermopompe] est moins efficace que la géothermie, mais ça coûte moins cher, donc c’est plus rentable plus vite », relève l’ingénieur.

Ultimement, si l’aspect environnemental guide la firme dans le choix de ses technologies, celles-ci doivent être avant tout efficaces et viables économiquement. « Si on est capables d’avoir un bâtiment public qui consomme 60-70 % de moins qu’un autre bâtiment et qu’il demeure dans des coûts raisonnables, je crois que pour la communauté, c’est mieux à long terme que d’essayer de viser le zéro [émission] à tout prix », soutient Guillaume Cavanagh-Morin.


Aux résidences du Centre de formation de La Côte-de-Gaspé, la firme de génie a installé un échangeur de chaleur rotatif (roue thermique) qui récupère en moyenne 75% de l’énergie de ventilation. Photo : Jacques Gratton

Économie régionale

Cet intérêt à l’endroit de la communauté dans laquelle la firme de génie mène ses opérations n’a rien d’anecdotique. Née dans la foulée de l’implantation de la filière éolienne, Kwatroe Consultants nourrit dès le début l’ambition de contribuer au développement économique de la Gaspésie. « L’entreprise a été fondée pour garder les investissements du gouvernement dans la région, explique l’ingénieur en mécanique. De plus en plus, les entrepreneurs et les sous-traitants viennent de l’extérieur, donc quand une partie est donnée aux firmes d’ingénierie locales, au moins ce sont des familles qui vivent ici et qui dépensent leur argent dans la communauté », enchaîne-t-il.

Si l’entreprise arrive à tirer son épingle du jeu lors des appels d’offres relatifs aux petits contrats municipaux et scolaires, c’est une tout autre histoire quand vient le temps de convoiter les plus grands mandats. « Dans les dernières années, les gros projets sont passés à des appels d’offres dits qualitatifs, c’est-à-dire que la qualité des offres est évaluée par un comité de sélection. Donc c’est un peu un concours de beauté entre les firmes d’ingénierie, expose Guillaume Cavanagh-Morin. C’est certain que pour une petite firme comme la nôtre, c’est dur de démontrer qu’on peut compétitionner avec ces grosses firmes multinationales qui ont des départements de marketing et de ventes. »

Questionné sur la capacité de la firme à compléter les plus grands projets, l’ingénieur est sans équivoque. « On est capables ! La preuve c’est que nos clients nous engagent pour les supporter techniquement dans leur projet avec les grosses firmes, laisse-t-il tomber. Mais le gouvernement ne donne pas d’avantages à une entreprise qui est à côté versus une entreprise qui est à Montréal, comme les déplacements sont payés. »

Manifestement, la profession d’ingénieur en mécanique du bâtiment comporte ici de nombreux défis. Mais le principal intéressé demeure convaincu de son choix de rentrer au bercail. « Il y a des défis, c’est certain, mais on est contents d’être de retour en Gaspésie, exprime le père de trois jeunes enfants. Personnellement, juste d’aller en ville pour des formations, j’ai déjà hâte de revenir ici ! »