• samedi 07 décembre 2019 14 h 03

  • Météo

    -7°C

  • Marées

Actualités

8 mars 2016 17 h 52

QUI EST CE NOUVEAU MINISTRE RESPONSABLE DE LA GASPÉSIE?

GASPÉ, 8 mars 2016 – Qui est Sébastien Proulx, nouveau ministre responsable de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine? Quelles sont ses priorités pour la région? Comment va-t-il concilier son travail de ministre de l’Éducation et ses responsabilités vis-à-vis la Gaspésie? GRAFFICI.CA s’est entretenu avec le ministre.

M. Proulx est un avocat bientôt âgé de 41 ans. Né à Montréal, il a grandi et a vécu à Trois-Rivières, une ville de 135 000 habitants. « Je comprends la réalité des régions », dit-il.

« Je n’ai pas de lien particulier avec la Gaspésie autre que de l’avoir visité à titre personnel », admet le ministre. « À partir de maintenant, mon lien, ce sera les actions que je vais poser, les visites que je vais y faire », ajoute-t-il.

M. Proulx est député libéral de la circonscription de Jean-Talon, à Québec, depuis les élections partielles du 8 juin 2015. Il a été nommé ministre de la Famille et responsable de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine à la faveur du remaniement du 28 janvier. Le 22 février, la maladie du ministre Pierre Moreau l’a catapulté ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, avec la responsabilité du primaire et du secondaire. Il conserve le mandat de la Famille.

GRAFFICI.CA a demandé à M. Proulx comment il trouverait le temps de s’occuper de la région. « Il faut être gardien de son temps », a-t-il répondu. « J’ai offert aux collègues [députés] à l’Assemblée nationale qu’on se rencontre de façon ponctuelle. Nos équipes vont travailler ensemble. Si nos équipes travaillent ensemble, c’est comme si on travaillait ensemble. »

Comme ministre responsable de la Gaspésie, il aura « un rôle d’intermédiaire, de facilitateur, en lien avec les élus de la région, juge-t-il. Le parti politique n’a pas d’importance. C’est de mettre le pied sur l’accélérateur quand c’est le temps et de rappeler qu’il ne faut pas se mélanger dans les priorités. »

Priorités

Quelles sont-elles, ces priorités? « Le développement économique est un enjeu », dit M. Proulx, tout comme « le transport ». « Il faut rendre accessible la Gaspésie pour s’y rendre et faciliter les déplacements des Gaspésiens vers les grands centres. » Le ministre souhaite aussi que les petites communautés aient accès aux programmes pour favoriser l’occupation du territoire.

Train, éolien, tourisme…

M. Proux prévoit se rendre en Gaspésie « dans les prochaines semaines, clairement au mois de mars ». Plusieurs dossiers chauds l’attendent, sur lesquels GRAFFICI.CA l’a interrogé.

« On va être aux premières loges pour supporter l’industrie éolienne », dit M. Proulx. Il ajoute qu’il faut « une diversification de notre énergie, tout ça en fonction des coûts des marchés ». Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, s’apprête à dévoiler la nouvelle politique énergétique du Québec, rappelle-t-il.

Le chemin de fer est « un dossier complexe », déclare M. Proulx. Et sur lequel le nouveau ministre hésite à se mouiller. « Une grande portion nécessite une mise à niveau. Il faut avoir la capacité financière et les projets pour développer tout ça, dit-il. La réhabilitation doit-elle se faire par portions ou dans son ensemble? Il ne faut pas dire n’importe quoi, mais prendre le temps de regarder le dossier. »

La revendication de la Ville de Gaspé pour obtenir un processus du BAPE sur le projet pétrolier Haldimand « sera à l’agenda de la rencontre avec le maire » quand le ministre visitera Gaspé. M. Proulx ne compte pas se prononcer avant cette rencontre.

L’analyse de M. Proulx du dossier de Fort-Prével ne déroge pas de la ligne gouvernementale. « La SÉPAQ [Société des établissements de plein air du Québec] a dû cesser ses activités. La bonne nouvelle, c’est que les gens du milieu sont intéressés à faire une relance. » Il faudra donc « accompagner le milieu dans les prochaines semaines », estime-t-il.

D’abord à l’ADQ

M. Proulx a d’abord été élu sous la bannière de l’Action démocratique du Québec en 2007, lorsque ce parti est devenu l’opposition officielle. Il a d’ailleurs occupé la fonction de leader parlementaire de l’ADQ jusqu’à ce qu’il soit battu à l’élection de 2008. Par la suite, il a travaillé comme commentateur politique et avocat. En 2014, le cabinet de Philippe Couillard l’a embauché pour devenir directeur de la planification stratégique.

De son passage à l’ADQ, il reste à M. Proulx les valeurs de « liberté de choix, d’équité entre les générations », dit-il. Il lui demeure aussi une préoccupation pour « l’endettement de la prochaine génération » et « la modernisation de l’État québécois, de nos institutions. » « On est capables de travailler à ces idéaux dans bien des partis politiques du Québec ».

Comme ministre de l’Éducation et de la Famille, M. Proulx devra notamment piloter la réforme de la gouvernance des commissions scolaires. Des élus scolaires gaspésiens ont déjà qualifié cette réforme de recul démocratique.

Depuis son arrivée à l’Éducation, M. Proulx a vu ressurgir une déclaration en faveur de l’abolition des commissions scolaires, faite 2008 alors qu’il était à l’ADQ. Il a aussi répondu à des questions sur le fait que ses deux enfants fréquentent une école primaire privée, un choix personnel, a-t-il argué.

Étiquettes :