• dimanche 15 décembre 2019 14 h 12

  • Météo

    4°C

  • Marées

Actualités

8 décembre 2013 23 h 01

Rachat des hebdomadaires par Transcontinental: la FPJQ régionale s’inquiète

NEW RICHMOND — La section régionale de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec s’inquiète de la vente des hebdomadaires de Québecor à Transcontinental.

Les deux entreprises de presse ont annoncé jeudi la conclusion d’un accord en vertu duquel Transcontinental acquiert les 74 hebdos québécois de Corporation Sun Media (une compagnie de Québecor Média), et les propriétés web s’y rattachant.

 

Plus de 600 travailleurs changent ainsi de patron. En Gaspésie, cela représente des dizaines d’emplois qui pourraient se retrouver en ballotage dépendamment des intentions de Transcontinental. Il y a 7 hebdomadaires qui sont concernés par la transaction, soit L’Écho de la Baie, Le Havre, le Pharillon, le Riverain, le Transgaspésien, La Voix de la Matanie et La Voix gaspésienne.

 

Interpellée par Graffici.ca, la présidente de la section régionale de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, Geneviève Gélinas, s’est dit inquiétée par la nouvelle.

 

« Les hebdos sont une source d’information très importante pour les gaspésiens, ils sont très lus. On souhaite que Transcontinental conserve tous les journaux et tous les journalistes de la région, déclare Mme Gélinas. Transcontinental devrait plutôt profiter de sa position de force pour augmenter les effectifs journalistiques dans la région, qui sont minimaux », poursuit Mme Gélinas.

 

Par ailleurs, elle se demande comment Québecor va continuer de couvrir les régions même si les journalistes des hebdos ne sont plus à leur emploi. « Ces dernières années, on a lu des textes des journalistes d’hebdos gaspésiens dans le Journal de Montréal et le Journal de Québec. Ça faisait beaucoup pour le rayonnement de la région hors Gaspésie. On souhaite que Québecor trouve des manières de continuer de couvrir les régions même si les journalistes d’hebdos ne sont plus à leur emploi », de conclure Mme Gélinas.

 

Au moment de mettre en ligne,  Graffici.ca n’avait pas réussi à joindre les autorités de Québecor ni de Transcontinental.