• jeudi 12 décembre 2019 09 h 25

  • Météo

    -9°C

  • Marées

Actualités

30 août 2012 10 h 43

Sondage : les candidats dans Bonaventure demeurent prudents

Les candidats dans la circonscription de Bonaventure accueillent les résultats du sondage Segma-GRAFFICI.CA avec un grain de sel.

Selon cette enquête statistique, le candidat du Parti québécois (PQ), Sylvain Roy, récolterait 41 % des appuis si l’élection avait lieu ces jours-ci. Son plus proche rival est le député sortant et candidat libéral, Damien Arsenault, qui obtient l’appui de 34 % des personnes interrogées.

Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ), Jean-Marc Landry, arrive troisième avec  17 % des intentions de vote. Patricia Chartier, de Québec solidaire (QS) récolte quant à elle 7 % des appuis. Le jeune candidat d’Option nationale, Louis-Patrick St-Pierre, ferme la marche avec 1% de la faveur populaire. Ces résultats sont ceux obtenus après répartition des indécis.

Le candidat de la CAQ, Jean-Marc Landry, affirme que ces résultats ne «concordent pas du tout» avec ce qu’il ressent sur le terrain et avec ses enquêtes internes. «Je pense que le portrait est beaucoup plus serré. À mon avis, les appuis au Parti libéral sont moins importants et les indécis sont beaucoup plus significatifs que dans la répartition de Segma», soutient-il.

M. Landry indique que sa propre enquête, un questionnaire Web réalisé en continu depuis le début du mois d’août auprès d’une banque de 1862 courriels et avec 242 répondants, présente un portrait plus nuancé de la bataille électorale dans Bonaventure. «Rien n’est encore joué. Je demeure convaincu qu’il y a un vent qui souffle sur le Québec et qui va porter la CAQ au pouvoir. Je suis certain que notre parti va se positionner favorablement dans Bonaventure.»

Sylvain Roy ne tient rien pour acquis

Premier dans les intentions de vote, le péquiste Sylvain Roy accueille avec prudence les résultats en affirmant qu’il est «loin de la coupe aux lèvres.»
 
Il met d’ailleurs en garde les militants du PQ contre le «danger» de s’asseoir sur cette avance. «C’est intéressant et motivant. Mais en même temps, il y a un danger.  Rien n’est gagné et les gens qui nous appuient doivent comprendre l’importance d’exercer leur droit de vote. L’écart demeure serré et il faut considérer la marge d’erreur», souligne le souverainiste.

Le député sortant ne commente pas

Le député sortant, Damien Arsenault, ne souhaite pas commenter les résultats du sondage, affirmant qu’il préfère «mettre ses énergies à travailler jusqu’à la dernière minute» de la campagne électorale. «Je n’ai jamais commenté les sondages. Mais je peux vous dire que je reçois un accueil chaleureux sur le terrain», assure M. Arsenault.

Le candidat libéral souligne notamment que le discours électoral de son parti, axé sur l’économie, plaît aux citoyens de Bonaventure. «Beaucoup d’emplois ont été créés sous le gouvernement libéral, notamment chez Gaspésie Diesel ou Fabrication Delta. Et j’entends des gens qui sont fiers d’avoir des emplois de la qualité dans la région», dit-il.

Patricia Chartier peu surprise

La solidaire Patricia Chartier se dit peu surprise par les résultats du sondage. «Ça ne m’étonne pas», dit-elle, ajoutant que depuis le début de la campagne, plusieurs électeurs lui  ont fait part de leur intention d’opter pour un vote stratégique. «C’est quelque chose qui revient constamment sur le terrain.  Plusieurs citoyens disent m’appuyer, mais qu’ils voteront stratégique cette fois pour barrer la route aux libéraux», mentionne Mme Chartier.

Comme son adversaire de la CAQ, la candidate de la formation de gauche est persuadée que le nombre réel d’indécis est supérieur à l’évaluation faite dans le sondage. Elle mentionne qu’elle entend beaucoup dire «je ne sais pas pour qui je vais voter, mais je sais contre qui je vais voter.»

Le jeune candidat d’Option nationale, Louis-Patrick St-Pierre, assure que malgré le faible appui qu’il reçoit de la part des personnes interrogées, les citoyens de Bonaventure demeurent réceptifs au message de son parti. «L’accueil est très bon sur le terrain. Notre plan de décentralisation des pouvoirs vers les régions attire beaucoup l’attention», déclare-t-il, ajoutant qu’il ne s’est jamais fait d’attentes depuis le début de la campagne.

Cliquez ici pour les détails du sondage.

Méthodologie

Ce coup de sonde a été mené auprès de 502 répondants dans Bonaventure du 27 et 29 août par voie d’entrevues téléphoniques automatisées. Les données ont été pondérées par la base du recensement de 2011 en fonction du sexe, de l’âge et de la répartition de la population dans les circonscriptions. Les résultats d’ensemble comportent une marge d’erreur de 4,4 % selon un intervalle de confiance de 95 %. Les résultats mentionnés dans l’article sont ceux obtenus après répartition des indécis.

Étiquettes :