• vendredi 06 décembre 2019 20 h 51

  • Météo

    -6°C

  • Marées

Actualités

15 novembre 2013 13 h 09

Tourisme : une saison décevante, selon l’industrie

GASPÉ – L’Association touristique régionale (ATR) de la Gaspésie songe à réaligner le tir côté promotion après une saison jugée décevante, au cours de laquelle les campings ont toutefois eu la cote.

Selon Tourisme Québec, le taux d’occupation de l’hébergement gaspésien a baissé de 2,7 % en juillet 2013 par rapport à  2012. Une diminution de 1,4 % est aussi notée en août, révèlent ces données récoltées dans les établissements hôteliers et les résidences de tourisme.

Le mois de septembre, « vital » pour l’industrie, a connu une baisse de 8,2 %, a indiqué Jean Bouchard, consultant marketing de l’ATR-Gaspésie. M. Bouchard qualifie de « décevants » ces résultats présentés aux membres de l’ATR réunis jeudi et vendredi en colloque à Gaspé.

Des chambres plus chères

Une analyse plus fouillée des chiffres de Tourisme Québec montre toutefois une hausse marquée du prix moyen de location des unités en septembre, qui est passé de 79,90 $ en 2012 à 97,50 $ en 2013, un bond de 22 %. Les hausses de prix en juillet et août (11 % et 17 %) sont moindres mais tout de même significatives.

Plus de campeurs

Les campings gaspésiens ont cependant connu une bonne saison, avec une augmentation de 4,8 % de la fréquentation en 2013 par rapport à l’année précédente. Olivier Nolleau, directeur de la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé, observe cette tendance vers le camping, et plus seulement avec des roulottes récentes et luxueuses.

« On a vu des gens avec des vieux « campeurs » des années 70 ou 80. C’est devenu un mode alternatif de voyage », estime M. Nolleau.

Les campeurs dépensent évidemment moins que les touristes hébergés dans des hôtels ou des gîtes, a fait remarquer Jean Bouchard.

Promotion à revoir

L’enveloppe de promotion de l’ATR a fondu, passant de 1,1 million de dollars il y a quelques années à 650 000 $ en 2013, déplore M. Bouchard. Dans ce contexte, la Gaspésie devra faire des choix, insiste-t-il. « Nos visiteurs vieillissent. Est-ce qu’on leur offre des services [adaptés à leurs besoins] ou est-ce qu’on renouvelle notre offre pour attirer des jeunes? Il faudra qu’on ait cette réflexion. »

En 2013, l’ATR a concentré sa campagne de promotion en avril-mai, puis en septembre. « On aurait dû re-cogner tout de suite sur le clou après la grève de la construction [en juin] », a fait remarquer Jean-François Gagné, du Pic de l’Aurore à Percé. L’horaire de la promotion est sans doute à revoir, a convenu l’ATR. 

Étiquettes :