• dimanche 08 décembre 2019 05 h 06

  • Météo

    -9°C

  • Marées

Actualités

8 décembre 2011 9 h 52

Un député du PQ doute de la capacité de jugement des gens de Bonaventure

À la suite de la réélection des libéraux dans Bonaventure, le député péquiste de Bourget à Montréal, Maka Kotto, a laissé entendre que les électeurs de Bonaventure n’avaient pas toutes les informations nécessaires pour faire un choix éclairé.

Selon un article de la Presse canadienne publié mercredi, M. Kotto a mentionné à des journalistes qu’il se demandait si les électeurs de Bonaventure disposaient de l’information générée sur la colline parlementaire et dans les grands centres comme Montréal et Québec.

À son avis, la question se pose dans le contexte où le gouvernement Charest fait face à un taux d’insatisfaction considérable un peu partout dans la province.

Rejoint par téléphone au cours de la journée d’hier, une employée du bureau à M. Kotto a confirmé que le député a tenu ces propos. Elle a ajouté que le péquiste ne souhaite cependant pas commenter davantage.

Forte réaction du PLQ

Le président de l’Association libérale dans Bonaventure, Fabrice Bourque, déplore la déclaration du député de Bourget et lui demande de s’excuser auprès des électeurs gaspésiens. «C’est inacceptable. Ça démontre qu’il n’a aucune connaissance de la réalité régionale. Il ne sait pas de quoi il parle.»

M. Bourque estime qu’au lieu de blâmer les électeurs pour expliquer leur défaite, le Parti québécois aurait intérêt à regarder dans «leur propre cour».

«Ils doivent accepter leur défaite et se questionner sur leurs idées et la façon dont ils ont mené la campagne», pense-t-il.
 
Des excuses de Marois demandées
 
Dans une lettre d’opinion publiée jeudi matin, le président du Parti libéral du Québec, Marc Tanguay, exhorte la chef du PQ, Pauline Marois, de s’excuser et de dénoncer les «propos méprisants» de M. Kotto, qui a «largement dépassé les bornes de l’acceptable en démocratie», écrit-il.

Selon M. Tanguay, remettre en question la capacité de jugement des citoyens de Bonaventure est un comportement condescendant. «M. Kotto est d’avis que ces gens sont déconnectés de la réalité. De tels propos sont inacceptables en démocratie», poursuit-il.

Étiquettes :