• vendredi 06 décembre 2019 13 h 57

  • Météo

    -1°C

  • Marées

Actualités

5 novembre 2012 10 h 28

Une population sous le choc à Rivière-à-Claude

Partager

L'onde de choc ne s'est pas résorbée à Rivière-à-Claude, après que deux citoyens de l'endroit, Alain Leclerc et Linda Leduc, aient été retrouvés morts, vendredi matin, dans leur voiture submergée dans l'étang du belvédère de la municipalité. 

D’ailleurs, la Sûreté du Québec, qui a dépêché un spécialiste en reconstitution d’accidents, n’arrive toujours pas à déterminer les circonstances de l’événement.

Émoi dans la communauté

Le conseiller de la municipalité de 152 habitants, Donald Boucher, n’arrive pas à expliquer cette tragédie. «Je les connaissais très bien, indique-t-il. Ma mère de 79 ans trouvait ça dur à prendre. Alain, qui faisait différents travaux, venait de ramoner sa cheminée. Le couple, qui s’était marié il y a environ trois ans, était connu de tout le monde ici.»

«Ce n’était pas des gens dépressifs, poursuit-t-il. Selon moi, c’est un bête accident. Moi, je crois qu’ils ont voulu s’approcher pour voir les travaux que la municipalité est en train de faire faire à cet endroit. Mais le chemin était bloqué. Donc, Alain a probablement voulu reculer, puis ils sont tombés dans l’eau. Ils n ‘ont probablement pas été capables de sortir de l’auto, puis ils se sont noyés.»

La police refuse de confirmer cette hypothèse pour le moment. «Est-ce dû à une embardée?, se demande le porte-parole de la Sûreté du Québec, Daniel Thibodeau. Nos agents poursuivent leur enquête afin de déterminer les causes exactes de l’accident. Ça risque de prendre du temps.»

Pour Donald Boucher, c’est une autre tragédie qui frappe cette famille. En période de chasse, il y a quelques années, l’un des frères d’Alain Leclerc et sa mère étaient décédés dans un accident de quad. «En quelques années, Jean-Marc, le père d’Alain, a perdu sa femme et deux de ses fils, constate tristement M. Boucher. Il ne lui reste plus qu’un fils!»

La découverte des corps

C’est un entrepreneur en construction de Saint-Maxime-du-Mont-Louis, René Robinson, qui a aperçu, vers 8h40 vendredi, une voiture qui était capotée au fond de l’étang peu profond.

Une fois arrivés sur les lieux, les policiers ont fait sortir l’engin avec l’aide d’une dépanneuse. C’est lorsque l’auto a été retournée sur ses roues qu’ils ont aperçu les deux corps inanimés de l’homme de 47 ans et de la femme de 48 ans.

La Sûreté du Québec a alors fait appel à l’intervention des pompiers de Saint-Maxime-du-Mont-Louis. «Mon équipe, composée d’une dizaine de pompiers, s’est rendue à l’extrémité ouest de l’étang, raconte le directeur du service des incendies de cette municipalité, Jasmin Roy. Ils ont dû utiliser les pinces de désincarcération pour retirer les corps.»