• samedi 07 décembre 2019 19 h 28

  • Météo

    -10°C

  • Marées

Blogue citoyen

Société
19 novembre 2015 15 h 20

UN SACRÉ COUP POUR LA DROITE?

En fait, c’est le peuple dans son ensemble qui a mangé une claque aux récentes élections fédérales. Peu importe pour quel parti majeur nous votons, peu importe lequel parmi ces grands partis obtient le pouvoir, les citoyens, eux, dans le contexte actuel, sont perdants, car en terme de liberté et de responsabilités individuelles, aucun parti d’importance ne défend le peuple.

Les conservateurs sont à droite? Les Libéraux et le NPD sont à gauche? Est-ce que ça veut dire quelque chose tout cela? L’échelle qui va de l’extrême gauche (les communistes, les anarchistes/libertaires) à la gauche (socialistes, sociaux-démocrates), puis à droite (partis conservateurs, économiquement libéraux) pour se terminer à l’extrême droite (partis nationalistes) est inadéquate. Elle ne veut pas dire grand-chose. Les positions de différentes organisations politiques d’un pays, les unes par rapport aux autres, sont relatives.

Au Canada, nous avons tendance à associer la défense des libertés individuelles à la gauche, que ce soit en supportant le mariage gai, la décriminalisation du « pot » ou le droit à l’avortement par exemple, mais cette même gauche s’oppose aux libertés économiques, à la libre entreprise et au profit, tandis que la droite agit à nos yeux dans le sens contraire, prônant la libre entreprise et le profit en s’opposant au mariage gai, à la décriminalisation du « pot » ou au droit à l’avortement.

Si vous voulez mon avis, les conservateurs sont loin d’être aussi à droite que le croit la multitude. Tout au plus, le PCC penche plus à droite du centre que le Parti libéral du Canada (tout aussi près du centre, mais à gauche) ou bien le Nouveau parti démocratique (près du centre, mais légèrement plus à gauche que le Parti libéral du Canada), sans plus.

Placez les partis politiques majeurs, autant au fédéral qu’au provincial, au point où vous le souhaitez, que ce soit à gauche ou à droite. Cela ne change rien au fait qu’ils gardent tous en commun la caractéristique de limiter les libertés individuelles des citoyens, d’une manière ou d’une autre. La gauche et la droite sont toutes deux opposées à la liberté et sont fondamentalement étatistes. Elles s’affrontent uniquement sur les domaines et l’étendue de l’intervention de l’État.

Pour plusieurs, il est aujourd’hui naturel que l’État influence tous les aspects de nos vies, que ce soit nos comportements ou nos mentalités. C’est devenu normal qu’il taxe, qu’il subventionne, qu’il réglemente et qu’il légifère pratiquement tous les aspects du quotidien de monsieur et madame tout le monde.

Dans le contexte qui prévaut au Canada, que le parti au pouvoir soit de gauche ou de droite ne change rien au fait que l’étatisme est en pleine forme et prend de l’expansion. Il progresse depuis des décennies déjà, au point même où nombre de citoyens ne s’en rendent même pas compte.

Soit on croit en la liberté comme concept philosophique indivisible fondamental respectant la formule proverbiale « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres », soit on n’y croit pas. Les grands partis, eux, n’y croient pas, tandis que le peuple, lui, dort au gaz.

NOTE DE LA RÉDACTION
Les blogueurs sur GRAFFICI.CA ne sont pas à l’emploi de l’entreprise. Ils ont tous accepté de s’engager, bénévolement, pour apporter une diversité de point de vue dans notre média et les opinions véhiculées dans ces textes n’engagent que leur signataire. Il en va de même pour les lettres ouvertes.