• vendredi 06 décembre 2019 13 h 51

  • Météo

    -1°C

  • Marées

Actualités

2 mars 2012 10 h 56

Bagarre au tournoi midget : l’équipe de Lamèque-Shippagan est sanctionnée

L’Association du hockey mineur de Lamèque-Shippagan, au Nouveau-Brunswick, a sanctionné son équipe impliquée dans une violente bagarre générale la fin de semaine dernière au Tournoi midget gaspésien à New Richmond.

L’échauffourée a eu lieu lors d’un match opposant l’Ohméga de Rivière-au-Renard aux Pêcheurs de Lamèque-Shippagan alors que l’équipe du Nouveau-Brunswick tirait de l’arrière 6 à 3 et qu’il restait quelques minutes à jouer. Les images de cet incident, disponibles sur YouTube,  font le tour du pays depuis dimanche dernier.

L’Association du hockey mineur de Lamèque-Shippagan a suspendu son équipe, Les Pêcheurs, pour le reste de la saison, incluant les séries éliminatoires. Quant à lui, l’entraîneur-chef voit sa suspension se prolonger pour toute la saison suivante.

Le gardien de but de la formation néo-brunswickoise, qui a provoqué les hostilités en traversant la glace pour attaquer le gardien adverse, est pour sa part banni des activités du hockey mineur à Lamèque et à Shippagan jusqu’à la fin de la saison 2012-2013.

D’autres joueurs fautifs pourraient éventuellement voir leurs suspensions se poursuivre l’année prochaine, car Hockey Nouveau-Brunswick se penchera sur leurs cas.

Le directeur de l’Association du hockey mineur de Lamèque-Shippagan, Gilles Cormier, souhaite «envoyer le message que ces gestes sont inacceptables» auprès des jeunes et du personnel entraîneur. «C’est malheureux, car cet incident est venu ternir l’image du hockey mineur. On veut démontrer que c’est tolérance zéro», commente-t-il.

M. Cormier espère aussi faire réfléchir les entraîneurs des équipes mineures avec la suspension de celui des Pêcheurs. «Il aurait dû retenir ses joueurs sur la glace et voir venir le coup. C’était sa responsabilité et c’est pour ça qu’on le suspend pour toute la saison prochaine», dit-il.

La directeur a cependant tenu à démentir les informations selon lesquelles l’entraîneur-chef aurait incité ses joueurs à aller se battre à la fin du match.