• lundi 16 décembre 2019 04 h 44

  • Météo

    -8°C

  • Marées

Actualités

10 décembre 2013 9 h 35

Bonaventure : « on a écouté les citoyens », dit Roch Audet

Le salaire du maire de Bonaventure augmentera moins que prévu et passera de 19 500 à près de 60 000$.

Le conseil municipal a déposé hier soir devant une centaine de personnes un nouvel avis de motion qui prévoit faire passer le salaire annuel du premier magistrat de 13 000 à 43 800 $. Son allocation de dépenses passera de 6 500 à 15 787 $, pour une rémunération totale d’environ 60 000 $.

 

Rappelons qu’un premier avis de motion déposé en novembre prévoyait plutôt un salaire s’élevant à quelque 76 000 $, ce qui avait suscité beaucoup de contestation dans la population. Par ailleurs, le nouveau projet de règlement ne prévoit pas d’augmentation salariale pour les conseillers.

 

En acceptant de revoir à la baisse l’augmentation de sa rémunération, le maire Roch Audet dit avoir écouté les préoccupations des citoyens. Ce dernier admet que la proposition initiale était maladroite. « On est content de voir que les citoyens puissent prendre position et que le conseil, avec toute sa maturité, ait pris une sage décision de reprendre cette maladresse-là », a-t-il dit. L’élu assure avoir fait l’analyse avec son conseil des tâches qu’il devra réaliser en tant que maire à temps plein et conclut que sa proposition est justifiée. Ce dernier a par ailleurs présenté son plan d’action aux personnes présentes à la séance publique.

 

Pour leur part, les citoyens demeurent encore divisés. Plusieurs ont pris la parole pour appuyer la démarche du maire en soutenant que les électeurs auront le loisir de le juger au prochain scrutin. D’autres souhaiteraient un salaire plus bas, qui pourrait être révisé en cours de mandat, en tenant compte des résultats de la mairie. Certains ont par ailleurs remis en question l’idée d’avoir un maire à temps complet pour une municipalité de 2800 habitants.

 

De son côté, le maire assure que son conseil est uni derrière la proposition et laisse entendre qu’elle sera facilement adoptée lors de la prochaine séance du conseil, prévue le 8 janvier. « Pour l’instant, on n’envisage pas de revoir le règlement. On passe à travers un exercice qui est très demandant en terme d’énergie. On aimerait mieux se concentrer sur d’autres dossiers. Alors ce que le conseil souhaite, c’est de partir pour quatre ans. Et dans quatre ans, on aura démontré qu’on a fait des actions. C’est ce qui est important à retenir », a soutenu le maire, avant d’admettre que la controverse entourant la question salariale des élus a augmenté la pression sur son conseil.