• vendredi 13 décembre 2019 02 h 55

  • Météo

    -18°C

  • Marées

Actualités

24 octobre 2014 12 h 12

Construction du silo de cru : une décision au début de novembre

Partager

PORT-DANIEL – La firme Ciment Mcinnis devrait décider au début de novembre de quelle façon elle réglera le problème technique qui a mené le 28 septembre à l’arrêt de construction du silo de cru de la cimenterie de Port-Daniel.

Un problème d’arrimage entre le béton et l’armature d’acier a été détecté dans la partie supérieure du silo de cru, un espace d’entreposage devant recevoir le mélange destiné à l’unité de préchauffage. Cet acier sert à armer le béton, c’est-à-dire à le rendre plus fort.
 
« La coulée a été arrêtée parce que l’arrimage est moins fiable entre l’armature et le béton (…) Des carottes (de béton) ont été prélevées par le haut (…) Elles seront soumises à des analyses par des firmes spécialisées », explique la porte-parole de Ciment McInnis, Florence Gauthier.
 
La coulée du silo de cru était rendue à la moitié de la hauteur qu’aura cette structure une fois terminée.
 
« Le problème ne s’applique qu’aux quatre à six derniers pieds de la coulée (…) On ne sait pas s’il y aura quelques pieds à démolir avant de reprendre la coulée, mais il n’est pas envisagé de démolir le silo. Ce silo, comme les autres, est coulé en continu, mais il arrive que l’opération soit interrompue et ça ne signifie pas la démolition de ce qui a été fait. Il existe des façons de reprendre la coulée », précise Florence Gauthier.
 
Ciment McInnis cherchait à terminer avant la fin de l’année cinq des neuf silos dont elle aura besoin pour l’exploitation de sa cimenterie. La coulée d’un second silo, appelé « hors norme » par la firme, est terminée et les travailleurs s’affairent à poser sa toiture. La coulée du premier des trois silos de clinker a commencé cette semaine. Les trois unités devraient être terminées avant la fin de 2014.
 
« Il est possible que la coulée du silo de cru ne soit reprise qu’au printemps », note Florence Gauthier. L’arrêt affecte environ 50 travailleurs du chantier. Il y en avait 301 cette semaine sur le chantier.
 
De plus, « contrairement à ce qui a été véhiculé par d’autres médias, la qualité du béton utilisé par le fournisseur Béton Provincial n’est pas en cause » pour le silo de cru, insiste Florence Gauthier.
 
Le ciment utilisé par Béton Provincial pour fabriquer son béton est importé de Corée du Sud.
 
Béton Provincial a d’ailleurs émis un communiqué jeudi pour « rectifier les faits », note la compagnie dans sa missive. « Lier la qualité d’un ciment à son origine coréenne relève de la mauvaise foi et d’une équation des plus simplistes, car ce ciment répond parfaitement aux normes de notre industrie », précise la direction de Béton Provincial.
 
Lors de la diffusion de l’émission Infoman, à Radio-Canada, le 16 octobre, le porte-parole de l’Association canadienne du ciment, Michel Binette, a d’autre part indiqué qu’il était surprenant que, dans un projet appuyé de façon importante par des fonds publics québécois, le ciment utilisé pour faire le béton de la cimenterie de Port-Daniel ne vienne pas du Québec, alors que la capacité de production de l’industrie n’est utilisée qu’à 60 %.
 
Le 15 octobre, le Conseil régional de l’environnement de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine (CRE) s’est retiré du comité de suivi de Ciment McInnis en raison du « manque de transparence » de la firme, qui a refusé de fournir un ensemble de 300 questions et réponses faisant partie d’un échange entre le ministère de l’Environnement et les experts de la compagnie. Le CRE, qui a tenté sans succès d’avoir les documents par la Commission d’accès à l’information, s’est aussi fait refuser la simple liste de questions.
 
« Les gens pensent que c’est extrêmement simple. Ce n’est pas “une question, une réponse”. Certaines questions sont prises en note et la réponse vient plus tard. Ce serait un charabia, ce serait terrible de tout donner ça. On aime mieux diffuser l’information ordonnée sur notre site internet. Ce sont des engagements (environnementaux) que le ministère accepte, puisqu’il nous a délivré les certificats requis pour construire la cimenterie », explique Florence Gauthier.
 
Sur la question des présumés rabais de tarifs d’électricité, elle conclut que Ciment McInnis ne reçoit aucun rabais sur ses tarifs d’électricité et est assujettie aux tarifs industriels d’Hydro-Québec, ce qu’a confirmé la société publique dans le passé.