• dimanche 15 décembre 2019 08 h 54

  • Météo

    7°C

  • Marées

Actualités

22 août 2014 9 h 51

CPE : plusieurs projets reportés

Partager

GASPÉ – Annoncées en grande pompe le 10 février dernier par l'ancien gouvernement Marois, les 174 places en Centre de la petite enfance qui devaient être concrétisées dans l'année 2015- 2016 sont reportés, certaines jusqu'à l'exercice financier 2019-2020.

Dans cette annonce faite par l’ancien député-ministre péquiste de Gaspé Gaétan Lelièvre et son collègue de Bonaventure, Sylvain Roy, le CPE La ramée des Îles obtenait 36 places, 21 étaient allouées au CPE à La Belle journée de Grande-Rivière, 36 au CPE Le Voyage de mon enfance à Gaspé, 50 autres à Bonaventure au CPE de la Baie et 31 places aux Joyeux marmots à Pointe-à-la-Croix.

Le CPE de la Baie a vu son projet de Bonaventure être remis à l’année 2019-2020. « Je suis une des plus loin, je pense », indique d’entrée de jeu la directrice, Julie Dalpé.

Le CPE avait une entente avec la municipalité et la commission scolaire pour un terrain qui devait accueillir l’installation. « Je ne sais pas quel impact cette annonce aura sur notre projet. Je n’ai pas le son de cloche de la municipalité et je ne pense pas qu’elle puisse être en mesure de prendre une décision en 2014 pour 2019-2020 », souligne Mme Dalpé qui n’avait pas encore engagé des sommes pour ce projet. « Ça déstabilise un peu », dit-elle.

Le projet de 31 places aux Joyeux marmots, une nouvelle installation à Pointe-à-la-Croix, est reporté de septembre 2016 à septembre 2018.

« Il a fallu que je reparle avec le maire à propos du terrain que la municipalité nous donnait gratuitement. Je demandais une prolongation de ce délai », indique la directrice Andrée Côte. Aucune dépense n’avait été engagée également. « Tout de suite en avril, on savait qu’on ne pourrait rien faire », lance Mme Côte.

Le Réseau des services de garde de l’Est-du-Québec déplore la situation. N’ayant pas toutes les informations, on souligne que la décision n’est pas surprenante étant donné que le ministère avait indiqué qu’il y aurait des étalements jusqu’à 2021. « Les retards sont dommage parce que ça peut compromettre parfois la réalisation de certains projets lorsqu’on a des ententes », indique le directeur, Simon Dufresne.

« Les premiers touchés sont les parents. Il y a de l’attente dans la région de Gaspé, dans la baie des Chaleurs, dans le coin de Rocher-Percé. C’est un drôle de message. L’État québécois prend ce service comme étant un « nanane » pour les parents », analyse M. Dufresne.

Étiquettes :