• vendredi 06 décembre 2019 15 h 12

  • Météo

    -2°C

  • Marées

Actualités

16 avril 2013 10 h 05

Des Percéens veulent créer un jardin communautaire

PERCÉ - Un groupe de citoyens de Percé travaille à mettre sur pied un jardin communautaire au cœur du village. 

C’est un projet qui va servir les gens qui habitent Percé, les citoyens», affirme Élise Dumouchel, agente de développement communautaire et responsable de la mise en place de jardins communautaires dans la MRC du Rocher-Percé pour Produire la santé ensemble.  À l’aube de la saison touristique, quand les activités communautaires prennent un recul jusqu’à l’automne, cette initiative permettra aux citoyens de se regrouper autour d’une pelle et d’un râteau.

Viser l’autonomie

Plusieurs communautés ont été approchées afin de mettre sur pied des jardins communautaires. Les discussions ouvertes entre la communauté et l’organisme Produire la santé ensemble permettent de définir les besoins de chacun et d’y implanter un jardin qui leur convient. Du jardinage en bacs aux parcelles en pleine terre, toutes les options sont étudiées afin de trouver celle qui sied à chaque milieu. 

Une fois le besoin clairement exprimé, un comité prend en charge le projet, accompagné par Élise Dumouchel. «Il faut ensuite trouver un terrain, établir des règlements, distribuer les responsabilités…», explique-t-elle. 

Le projet doit être porté par le milieu afin de jouir, après deux ans d’accompagnement, d’une autonomie complète. «L’objectif derrière cette démarche est la prise en charge de l’alimentation par la communauté», précise Mme Dumouchel. 

Alors que les jardins de Gascons et de Val-d’Espoir vivront leur première année d’autonomie complète cet été, c’est au tour des autres municipalités de passer à l’ère du jardinage communautaire. Percé se prépare à mettre un projet sur pied, Chandler, Saint-Georges-de-Malbaie et Ste-Thérèse-de-Gaspé emboîtent le pas. «La première année, on s’attend à un petit nombre de participants. C’est en voyant les résultats, en général, que l’engouement se crée et que les jardins gagnent en popularité dans les années qui suivent», affirme l’agente de développement.