• mercredi 11 décembre 2019 00 h 08

  • Météo

    4°C

  • Marées

Actualités

8 août 2014 11 h 44

Du gaz naturel pour alimenter la cimenterie?

PORT-DANIEL – GASCONS — Ciment McInnis se montre intéressé à utiliser le gaz naturel, qui pourrait éventuellement être extrait en Gaspésie, mais n'a pas l'intention de financer un oléoduc pour le transporter.

Le PDG, Christian Gagnon, a eu des discussions avec Pétrolia l’hiver dernier afin d’évaluer la possibilité d’utiliser le gaz du gisement de Bourque, entre Gaspé et Murdochville, comme combustible à la cimenterie.

Il y a quelques jours, Pétrolia a confirmé au journal Le Soleil qu’elle envisageait de remettre sur les rails son projet d’exploration de ce gisement. Le PDG, Alexandre Gagnon, a précisé qu’il contiendrait l’équivalent de cinq fois la consommation annuelle du Québec.

Le PDG de Ciment Mcinnis souligne cependant à grand trait que les discussions sont préliminaires et que le projet d’utiliser le gaz comme combustible est « très très embryonnaire », compte tenu de la distance entre le gisement et Port-Daniel. « On est loin de la coupe aux lèvres. Il n’y a pas de pipeline entre les deux endroits. Et là, je veux être clair pour être sûr que personne ne se fasse de faux espoir. Nous n’irons jamais financer un pipeline », a-t-il déclaré, en entrevue téléphonique.

M. Gagnon se dit cependant prêt à tendre l’oreille quant à l’éventualité d’acheter du gaz si des investisseurs étaient au rendez-vous pour financer une telle infrastructure. « Si quelqu’un est prêt à faire une étude et à financer un pipeline, et faire en sorte que du gaz naturel se rende à Port-Daniel, c’est certain qu’on va regarder ça », a-t-il précisé. « Mais on ne peut justifier la construction d’un pipeline uniquement sur l’utilisation du gaz naturel par une cimenterie. Le gaz est d’abord et avant tout un combustible domestique très efficace, et on sait que le bassin de population n’est pas énorme en Gaspésie », mentionne-t-il.

Le PDG ajoute que le certificat d’autorisation permet à Ciment McInnis d’utiliser de l’huile à chauffage, du charbon ou du coke de pétrole, soulignant que le gaz naturel pourrait devenir un « combustible d’appoint très intéressant. »