• jeudi 05 décembre 2019 11 h 51

  • Météo

    -2°C

  • Marées

Actualités

19 avril 2012 10 h 30

Enquête : Mamelonet qualifie le reportage de la SRC d’incomplet

Le député de Gaspé, Georges Mamelonet, juge que le reportage portant sur son passé et diffusé à l’émission Enquête sur les ondes de Radio-Canada est «incomplet» et «manque de rigueur».

Dans une lettre envoyée mercredi au directeur de l’information, télévision service français de la SRC, Jean Pelletier, M. Mamelonet, accuse la société d’avoir diffusé de la «fausse information» qui «porte atteinte» à sa réputation.
 
Dans le reportage, la journaliste Julie Vaillancourt affirme, par exemple, dans le dossier du compte de taxes du Club nautique de Percé, que M. Mamelonet aurait, à titre de maire de la municipalité, procédé à un remboursement de 36 000 $ illégalement et sans le consentement du conseil municipal, alors qu’il était aussi président du Club nautique.
 
Selon le député, cette accusation est «aussi fausse que grave». Il écrit qu’une «simple vérification» de la SRC auprès de la municipalité aurait permis de conclure que ces affirmations sont erronées. Preuve à l’appui, l’élu libéral a pris la peine de joindre à sa lettre une copie du procès-verbal de la séance du conseil municipal de Percé du 3 juin 2008 qui prouve que le conseil municipal a approuvé une série de dépenses, dont le paiement de 36 000 $. «Je m’explique mal que la journaliste n’ait pas fait la démarche», écrit M. Mamelonet.
 
Au sujet du compte de taxes du Club nautique, le député dément les informations selon lesquelles la municipalité n’a jamais demandé au Club nautique de rembourser ses taxes à la Ville du temps qu’il était maire et président du Club.
 
Le reportage démontre «un manque flagrant de rigueur journalistique», accuse plus loin M. Mamelonet. À son avis, la traitement est «inéquitable» et plusieurs des réponses qu’il a fournies à la journaliste ont été «tronquées ou écartées» au montage. «Il s’agit d’un reportage où la saveur politique prend très nettement le dessus sur l’objectivité et les normes et pratiques journalistiques», écrit le député.

Étiquettes :