• lundi 09 décembre 2019 10 h 34

  • Météo

    0°C

  • Marées

Actualités

10 juin 2014 15 h 45

Éolien : des maires demandent de combler le « trou noir »

Partager

GASPÉ – L'industrie éolienne estime avoir besoin de 1800 mégawatts entre 2018 et 2025 afin de maintenir la base manufacturière gaspésienne. C'est pourquoi les maires de Gaspé, Matane et New Richmond demandent au gouvernement libéral de confirmer dans sa prochaine politique énergétique un appui à long terme en faveur de l'industrie.

« On demande au gouvernement du Québec de prévoir l’avenir du secteur éolien, à tout le moins se rendre jusqu’en 2025, soit le moment où on commencera à renouveler les parcs éoliens existants », indique le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Avec le dernier appel d’offres actuellement en cours, l’industrie poursuivra sur son élan jusqu’en 2018. C’est par la suite que l’avenir demeure nébuleux.

« Les emplois dans le secteur éolien sont partout sur le territoire et c’est pour ça qu’il faut que la politique énergétique soit rapidement mise en place et que d’ici 2025, on puisse poursuivre sur cette lancée », ajoute le maire de Matane, Jérôme Landry. Le secteur éolien crée quelque 1200 emplois en Gaspésie et 5000 au Québec.

« Les signaux qu’on a depuis le début [de la part du gouvernement], c’est qu’on parle de pause dans le secteur éolien après 2018. On ne peut pas se permettre de tomber dans le néant après 2018. L’optique est 2025 », souligne M. Côté.

De la place

Les maires estiment que malgré les surplus énergétiques, il demeure qu’il y a d’autres projets dans ce secteur, notamment avec la relance des petites centrales hydroélectriques.

« Des surplus, c’est éphémère. Il suffit que les États-Unis connaissent un boom économique ou un ralentissement de leur production d’énergie pour que le Québec redevienne une source d’approvisionnement. On peut se servir des surplus pour faire du développement économique », analyse Daniel Côté.

Face à la critique

La filière éolienne continue de soulever la controverse dans les grands centres, les médias sociaux et à Québec. Les trois maires ne croient pas que ces critiques orientent la position du gouvernement.

« Ça a été choquant d’entendre le député [Gérard] Deltell [député de la Coalition avenir Québec] parler contre l’éolien, la semaine dernière, à l’Assemblée nationale. Si, pour lui, l’éolien demande beaucoup de support, qu’il fasse le même travail dans la pharmaceutique ou l’aéronautique qui sont extrêmement soutenues par des mesures fiscales », indique M. Landry.

Les maires ont fait cette sortie dans le cadre du 8e colloque de l’industrie éolienne québécoise, qui se tient jusqu’à mercredi, à Gaspé.

Étiquettes : ,