• dimanche 15 décembre 2019 08 h 14

  • Météo

    7°C

  • Marées

Actualités

4 septembre 2012 22 h 09

Gaspé : le péquiste Gaétan Lelièvre rafle la circonscription

Le candidat du Parti québécois (PQ) dans Gaspé, Gaétan Lelièvre, a ravi la circonscription aux libéraux. Le souverainiste a récolté 57 % des voix, loin devant son adversaire libéral, Georges Mamelonet, qui a obtenu 28 % de l’appui populaire.

Après le mandat du libéral Georges Mamelonet, qui a été élu avec une majorité de 2 662 voix en décembre 2008, les citoyens de la circonscription ont décidé d’accorder à nouveau  leur confiance au PQ. Rappelons que le péquiste Guy Lelièvre a régné sur Gaspé entre 1994 et 2008.

M. Lelièvre fera partie d’un gouvernement péquiste minoritaire du Parti québécois, dont le nombre de sièges à l’Assemblée nationale s’élèvera à 54. L’opposition officielle, formée du Parti libéral, compte pour sa part 50 sièges. La Coalition avenir Québec a fait élire 19 députés et Québec solidaire deux.

En récoltant 28% des voix, le Parti libéral subit une importante baisse de 28 points dans Gaspé par rapport aux dernières élections générales. À l’opposé, Gaétan Lelièvre permet à son parti d’augmenter ses appuis de 18 %, alors que la candidate du PQ , Annie Chouinard, avait récolté 39,67 des voix en décembre 2008.

Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ), Yvan Blanchard, a récolté 9,5 % des voix. Il s’agit d’un appui un peu plus ferme que les 3 % des voix obtenues par Marcelle Guay, la candidate de l’Action démocratique du Québec en 2008.

Le candidat de Québec solidaire, Éric Boucher, a récolté près de 4 % des votes, ce qui correspond à une hausse de 3 points pour son parti par rapport à la dernière élection. Son adversaire d’Option nationale, Frédérik DeRoy, a reçu la confiance de près de 2 % des électeurs.

Le taux de participation a atteint 67,16 %, soit un pourcentage plus élevé que le taux de 57,07% enregistré lors de l’élection générale de décembre 2008.

Réactions

Le libéral Georges Mamelonet semblait soulagé, mais amer de sa défaite. «Je suis très soulagé de ne plus vous avoir sur le dos», a-t-il lancé aux journalistes présents à sa soirée électorale, à Rivière-au-Renard. «Ça a sûrement eu un effet, quand on a rabâché des choses pendant sept mois, des choses fausses, a-t-il déclaré. Je n’ai pas été blâmé pour conflit d’intérêts.»

Le député s’est retrouvé au centre de controverses touchant son passage à la mairie de Percé, et est accusé de pêche illégale à l’oursin. Questionné sur son avenir politique, M. Mamelonet est resté vague, mais a laissé tomber, en fin d’entrevue, qu’il allait «redevenir quelqu’un d’extraordinaire, en affaires, un développeur». Le député sortant possède un restaurant à Percé.

M. Mamelonet s’est par ailleurs dit «très satisfait du travail accompli pendant la campagne et pendant le mandat». Invité à lancer un message au vainqueur, M. Mamelonet l’a enjoint à «continuer le développement de la Gaspésie. C’est pour ça qu’on s’est battus.»

Gaétan Lelièvre s’est dit surpris de l’ampleur de son avance dans une course à cinq candidats. «On est encore dans le beat de la campagne. On est contents des résultats. Il faut se laisser le temps de vivre ça.»

Comme priorité, il compte «mettre en place le plan de développement de la Gaspésie», dont sa chef Pauline Marois s’est engagée à tenir la barre. «Je serai le député de Capucins à Grande-Rivière [les limites de sa circonscription]. Je vais travailler avec tous les gens, peu importe leur allégeance», a promis M. Lelièvre.

Yvan Blanchard, le candidat de la Coalition avenir Québec, s’est dit «extrêmement fier de son résultat pour une première expérience ». Dans les années qui viennent, il compte «implanter la CAQ en Gaspésie, établir une organisation». «J’ai senti une vague de changement», dit-il. M. Blanchard souhaite que le Parti québécois «réalise ses idées» au plan forestier, en reconduisant le programme de création d’emplois en forêt et en augmentant les salaires des travailleurs sylvicoles.

Le candidat n’a pas voulu commenter les résultats de son parti sur le plan provincial. «On m’a dit d’attendre après la conférence de M. [François]Legault.»

«On est un peu en-deçà de ce qu’on espérait. On ciblait autour de 10 %», a réagi Éric Boucher, le candidat de Québec solidaire. Il obtenait 3,58 % des suffrages après le dépouillement des votes dans 136 bureaux sur 143.

M. Boucher admet que son message aux Gaspésiens de «voter avec leur cœur» n’a «pas porté autant qu’on voulait». «On n’est pas réellement surpris. Sur le terrain, il y a eu une telle vague de voter stratégique pour sortir les libéraux.»

Le candidat est content que Québec solidaire «ait installé des bases dans le comté». «On a un gouvernement minoritaire avec probablement des élections dans deux ans. QS sera dans le paysage politique de Gaspé à ce moment-là.» M. Boucher lui-même n’est pas certain de se

«Je suis très content pour M. Lelièvre, a déclaré pour sa part le candidat d’Option nationale, Frédérick DeRoy. L’important, c’est qu’un souverainiste ait ramassé le comté.»

Il commente son résultat en disant que 1,77 % des suffrages, «ça dépasse juste mes amis et ma famille. On a fait ce qu’on avait à faire pour Option nationale». M. DeRoy estime qu’il y a «de bonnes chances» qu’il soit de nouveau candidat aux prochaines élections «si Option nationale est encore là, et si le parti est encore preneur.»

Résultats

Gaétan Lelièvre, Parti québécois : 11 744 voix ; 56,74 %
Georges Mamelonet, Parti libéral du Québec : 5 887 voix ; 28,44 %
Yvan Blanchard, Coalition avenir Québec : 1 966 voix ; 9,5 %
Éric Boucher, Québec solidaire : 775 voix ; 3,75 %
Frédérik DeRoy, Option nationale : 394 voix ; 1,9 %

Étiquettes :