• samedi 14 décembre 2019 19 h 43

  • Météo

    1°C

  • Marées

Actualités

6 février 2013 10 h 19

Gaspé : une pétition en faveur du développement pétrolier

Le Regroupement pour l’avancement économique de la Gaspésie (RAEG) a lancé une pétition pour appuyer le développement de l’industrie pétrolière dans la région, dont le projet de Pétrolia à Haldimand. 

Fondé le 23 janvier par un groupe d’entrepreneurs et de citoyens de Gaspé, le regroupement souhaite de cette façon donner une voix aux gens qui appuient l’industrie des hydrocarbures.

Son porte-parole, Gaston Langlais, se dit convaincu qu’une «majorité silencieuse» est en faveur du développement de l’exploration et de l’exploitation du pétrole en Gaspésie.

À son avis, les environnementalistes sont des «marginaux» qui «bloquent» le développement économique de la région. «Quels sont leurs projets de développement, leur budget d’investissement ?, questionne-t-il.  Ce sont des marginaux qui sont toujours devant les caméras, et les gens pensent qu’ils sont représentatifs de la société, alors qu’ils ne le sont pas», lance M. Langlais.

Au moment de publier cet article, la pétition qui demande aux instances politiques et civiles «d’appuyer le développement des projets de Pétrolia et le développement de l’industrie des hydrocarbures aux sites d’Haldimand», avait recueilli 166 signatures électroniques. 

Cette dernière est disponible en ligne et dans plusieurs commerces de Gaspé.

Combattre «l’immobilisme» 

Le RAEG promet par ailleurs d’intervenir sur la place publique «chaque fois qu’un projet économique gaspésien sera menacé par l’immobilisme des pouvoirs publics».

M. Langlais affirme que les «gens d’affaires» de la région peuvent maintenant compter sur une organisation pour «se faire entendre».

Selon lui, ces derniers sont demeurés discrets jusqu’à présent dans le dossier du pétrole, car ils «sont trop occupés à gérer» leurs entreprises. «Ils n’ont pas le temps d’intervenir,  alors notre regroupement s’en occupera», dit-il, ajoutant que les membres de son groupe «n’acceptent plus de voir l’économie régionale s’effriter».