• vendredi 06 décembre 2019 13 h 55

  • Météo

    -1°C

  • Marées

Actualités

22 août 2014 12 h 13

Gastem contre Ristigouche Sud-Est : EVP invite à la solidarité

MARIA —  « La cause de la compagnie pétrolière Gastem contre la petite municipalité de Ristigouche-Sud-Est mérite l’appui de la population et des municipalités » selon le groupe Environnement Vert-Plus qui « malgré ses faibles moyens » a décidé de verser 300 $ pour la cause.

« Il est temps qu’on joignent les bottines aux babines. Ce n’est pas avec des claques dans le dos qu’on va aider la comunauté de Ristigouche-Sud-Est », lance Michel Goudreau, nouveau v.ice-président aux communications  d’Environnement Vert Plus.

Aussi, incite-t-il les municipalités de la Baie-des-Chaleurs à aller au-delà du versement symbolique de 100 $ que plusieurs ont déjà fait. EVP espère que les municipalités et le gouvernement du Québec agiront plus vigoureusement, en terme de support financier, pour défendre cette petite municipalité.

Rappelons que cette poursuite découle de l’adoption par la municipalité de Ristigouche Sud-Est d’un règlement visant la protection de l’eau potable des résidents lors de forages pour pétrole ou gaz.  La compagnie réclame 1,5 M$ en dommages à la municipalité.
« Lors de l’adoption de ce règlement le président de la compagnie Gastem, l’ex-ministre Libéral Raymond Savoie a blâmé les écologistes en les traitant de « fascistes ». Dans la poursuite qu’il intente contre la municipalité, on peut lire ceci :   « Tel qu’il sera démontré lors de l’audition, le règlement a été adopté malgré l’assentiment de la Municipalité et des citoyens suite à des pressions exercées par une poignée d’environnementalistes radicaux qui ont apeuré la mairesse de la municipalité .»

Le maire Boulay salue le travail des écologistes

Le maire de Ristigouche-Sud-Est, François Boulay, réagit fortement à cette allégation de la part de Gastem. « Ça me fait rire parce que si M. Savoie pense qu’on s’est fait manipulé, il est complètement à côté de la traque.  […]Si c’était à refaire, on le referait [adopter ce règlement], dit le maire qui remercie plutôt les écologistes d’avoir alerté la population. « C’est ensuite les citoyens qui se sont pris en main pour approcher le collectif scientifique et réclamer ce règlement à la municipalité», dit le maire, précisant que 92 des 168 résidents de la municipalité ont signé en faveur de ce règlement qui a été adopté à l’unanimité par le conseil municipal en mars 2013.

« Le nouveau règlement sur l’eau nous donne raison », dit le maire

Heureux de l’adoption du nouveau règlement sur l’eau adopté par Québec cet été, le maire de Restigouche -Sud-Est affirme que le ministère des Ressources naturelles n’aurait jamais pu émettre de permis à Gastem à Restigouche-Sud-Est avec le règlement actuel parce que le projet ne respecte pas les distances séparatrices imposées maintenant. « Le règlement, bien qu’il soit insuffisant, donne entièrement raison à notre municipalité qui a voulu protéger son eau potable », soutient M. Boulay.

En 24 jours de sollicitation du public pour financer la défense de Restigouche-Sud-Est, 71 000 $ ont été amassés, soit 32 % de l’objectif à atteindre qui se chiffre à 225 000 $.

« J’ai pas trop d’expérience dans ce genre de chose, mais je trouve ça fantastique ! », dit le maire qui espère que les dons continueront à entrer.

Le ministre Moreau rencontrera le maire Boulay

Entre temps, le maire Boulay mise beaucoup sur la rencontre qu’il a finalement obtenue avec le ministre des Affaires municipales et de l’occupation du territoire, Pierre Moreau, le 2 septembre prochain.  « Le gouvernement est en grande partie responsable de ce qui arrive et j’espère obtenir l’aide de Québec », de conclure le maire. Le ministre Moreau avait dit en juillet qu’il ne se mêlerait pas d’un dossier judiciarisé.