• dimanche 15 décembre 2019 18 h 24

  • Météo

    0°C

  • Marées

Actualités

8 décembre 2011 16 h 30

La Gaspésie : un Crosby laissé sur le banc, selon le maire de Gaspé

Les décisions des gouvernements nourrissent «l’iniquité flagrante» entre les régions et les centres urbains, a dénoncé le maire de Gaspé, François Roussy, dans un discours aux accents de ras-le-bol prononcé lundi à la séance du conseil.

M. Roussy déclare arriver à un constat «assez dur» après six ans à la mairie, et a illustré ce constat de plusieurs exemples. Il affirme avoir assisté à un «cirque politique» la semaine dernière à l’Assemblée nationale lors du débat sur la révision de la carte électorale.

Selon le maire, il y aurait eu moyen d’épargner les trois circonscriptions en région en modifiant les contours de circonscriptions montréalaises comme Westmount et Outremont. «On va mettre en place Rivière-du-Loup-Témiscouata, avec 50 500 électeurs, et on conserve Outremont et Westmount, avec 39 000 électeurs!», rage M. Roussy.

Le maire estime que le principe d’une personne, un vote, souffre de nombreuses exceptions, y compris à l’ONU, où «la Chine a un vote avec 1,3 milliard d’habitants, et le Canada aussi avec ses 30 millions d’habitants.»

Tourisme… dans le Grand Nord

Selon M. Roussy, le gouvernement du Québec fait comme si la Gaspésie n’existait pas en annonçant 70 millions $ pour développer le tourisme dans le Grand Nord. «Tout d’un coup, on nous dit qu’on va convaincre des Américains et des Européens de venir faire de la motoneige, de la chasse et de la pêche dans le Grand Nord. [En Gaspésie], ça fait des dizaines d’années qu’on essaie de faire ça!»

Le maire Roussy estime par ailleurs qu’Hydro-Québec lui a «menti en pleine face» il y a un an et demi, lorsqu’il a voulu avoir le cœur net sur des rumeurs de suppressions de postes. «On me disait « non, non, ce n’est pas dans nos plans, ce sont des rumeurs », et aujourd’hui, on apprend que quatre postes seront supprimés et centralisés à Montréal et à Québec.»

Sur la question du Cégep de la Gaspésie-les-Îles, M. Roussy remarque que le Québec compte 175 000 places dans des cégeps, pour 195 000 étudiants potentiels. «Si on répartissait ces places sur l’ensemble du territoire du Québec, nos classes ici seraient pleines.»

«Cri du cœur»

Le discours du maire est un «cri du cœur» pour inciter les habitants des régions à travailler ensemble afin de régler le problème. Avec les ressources naturelles que possède la Gaspésie, il est anormal que la région ne soit pas plus développée, estime M. Roussy. «C’est comme si on était un [Sidney] Crosby et qu’on nous donnait juste deux minutes de glace.»

Le maire a prévenu les critiques : «Certains vont dire : Roussy prépare sa prochaine campagne au provincial ou au fédéral». Sa sortie est «apolitique», insiste-t-il. Il a été impossible de le joindre pour savoir s’il mettait une croix sur l’idée de porter les couleurs de la Coalition avenir Québec de François Legault, avec qui il s’est affiché lors de son récent passage à Gaspé.

Les chiffres

Chez Hydro-Québec, on confirme que trois postes seront abolis à Gaspé, et que les employés pourront postuler pour des postes à Montréal, «où l’on regroupe des activités opérationnelles », affirme le porte-parole Louis-Olivier Batty. La mesure fait partie d’un plan pour réduire du quart les effectifs en ressources humaines chez Hydro-Québec.

Au Syndicat canadien de la fonction publique, on affirme que quatre à cinq postes seront supprimés à Gaspé, et que la tendance est à la centralisation vers Québec et Montréal.

Par ailleurs, aux plus récentes élections provinciales, en 2008, Westmount-Saint-Louis comptait 40 500 électeurs, et Outremont, 40 627. La circonscription de Gaspé en comptait 27 610, celle de Bonaventure, 29 066, et celle de Matane, 27 977.

Dans les nouvelles circonscriptions proposées, les électeurs seront au nombre de 37 511 dans Bonaventure-Percé, 40 067 dans Matane-Gaspé et de 36 576 dans Matapédia-Mitis. Rivière-du-Loup-Témiscouata en comptera 50 478.

Étiquettes :