• mercredi 11 décembre 2019 05 h 50

  • Météo

    -7°C

  • Marées

Actualités

29 janvier 2012 20 h 59

La Maison des jeunes de Cap-Chat ouvre ses portes aux 18-24 ans

Partager

La Maison des jeunes L’Entre-Temps de Cap-Chat et la Table consultative jeunesse de la Haute-Gaspésie annoncent la mise sur pied du projet pilote LOFT-JA, dont l’acronyme signifie «lieu où fréquentent temporairement les jeunes adultes».

Depuis le 16 janvier, la Maison des jeunes de Cap-Chat, dont la mission s’adresse aux jeunes de 11 à 17 ans, est maintenant ouverte à une clientèle plus âgée qui, jusqu’à maintenant, ne disposait d’aucun lieu de rassemblement. Cette clientèle peut maintenant avoir accès aux équipements de la Maison des jeunes les lundis et mardis de 19 h à 23 h et les samedis de 13 h à 16 h. Le lieu n’est pas ouvert aux deux clientèles simultanément.

Combler un besoin

Selon la représentante de la Table consultative jeunesse de la Haute-Gaspésie, Thérèse Lepage, le projet LOFT-JA découle d’une étude des besoins des jeunes de 16 à 24 ans qui a été menée par l’organisme. «L’objectif visé par LOFT-JA est d’offrir aux jeunes de la MRC de la Haute-Gaspésie un lieu de rencontres, de divertissements et d’échanges, explique-t-elle. Il fallait tester si un tel service allait être utilisé par les jeunes adultes avant d’envisager de développer un service permanent. C’est un peu comme une étude de faisabilité.»

«Je suis membre de la Table depuis 2005 et déjà, on avait identifié ce besoin, ajoute la coordonnatrice de la Maison des jeunes L’Entre-Temps, Diane Cyr. Il y a trois ans, j’avais rencontré le conseil municipal de Cap-Chat et le maire s’était montré ouvert à trouver un moyen de pouvoir offrir un lieu de rassemblement aux jeunes de 18 à 24 ans.»

«Souvent, les jeunes issus de milieux défavorisés sont laissés à eux-mêmes lorsqu’ils ont 18 ans, déplore la présidente du conseil d’administration de la Maison des jeunes L’Entre-Temps de Cap-Chat, Annick Beaulieu-Bouchard. Ils n’ont aucun lieu pour se rassembler. Ce projet répondra à un besoin et consolidera les emplois des animatrices-intervenantes.»

Services

En plus de pouvoir utiliser les équipements de la Maison des jeunes, tels que les tables de hockey air, de babyfoot et de billard ainsi que les ordinateurs et les jeux de société, la clientèle des 18 à 24 ans pourra participer à des ateliers de cuisine, d’information et à caractère éducatif ou encore à des sorties.

Le nouveau service est ouvert à tous les jeunes de 18 à 24 ans de la Haute-Gaspésie. Devant les inquiétudes exprimées par Thérèse Lepage de la Table consultative jeunesse concernant le problème de transport, la coordonnatrice de la Maison des jeunes se fait rassurante. «On a un budget pour le transport et pour le gardiennage, notamment pour les jeunes mamans qui voudraient fréquenter le lieu», précise Diane Cyr. Selon elle, le conseil d’administration de la Maison des jeunes de Sainte-Anne-des-Monts a refusé de se joindre au projet LOFT-JA.

L’une des animatrices du projet, Candy Bezeau, indique que le projet se poursuivra jusqu’en juin. Lorsque la Maison des jeunes rouvrira ses portes en septembre, une évaluation du projet pilote sera faite. Les conclusions détermineront alors la poursuite ou non du projet. «On estime le nombre de jeunes qui fréquenteront le service à une moyenne de dix par jour, mentionne-t-elle. Si on n’atteint pas cet objectif, on se posera les questions nécessaires.»

Partenaires financiers

Le projet LOFT-JA est rendu possible grâce à la contribution financière de la Commission jeunesse Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, du Secrétariat à la jeunesse, de la Conférence régionale des élus de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, de la MRC, du Centre local de développement et du Carrefour jeunesse-emploi de la Haute-Gaspésie ainsi que d’Unis-Vers Jeunes.

«Grâce à ces partenaires, les jeunes de la MRC de la Haute-Gaspésie pourront maintenant se rassembler dans un endroit qui offre des services adaptés à leurs besoins», s’enthousiasme Annick Beaulieu-Bouchard. Selon Thérèse Lepage, le seul autre projet du genre est aux Îles-de-la-Madeleine.