• mercredi 11 décembre 2019 19 h 42

  • Météo

    -11°C

  • Marées

Actualités

15 décembre 2011 7 h 30

La MRC du Rocher-Percé perd son CAAF

Partager

Le contrat d'aménagement forestier (CAAF) de 85 000 mètres cubes attachés à l'ancienne usine de sciage GDS de Grande-Rivière dans la MRC du Rocher-Percé a officiellement été transféré ailleurs en Gaspésie. Les élus de Chandler et de Grande-Rivière décrient fortement cette décision.

Le député libéral de Gaspé, Georges Mamelonet, a confirmé en entrevue que 60 000 mètres cubes ont été transférés à l’usine Bois Granval à Grande-Vallée (MRC de la Côte-de-Gaspé), 5000 mètres cubes  à la communauté de Gespeg de Gaspé (qui traite avec Granval) et 21 000 mètres cubes à la Coopérative de Saint-Elzéar dans la Baie-des-Chaleurs. Ce transfert a été fait le 2 décembre dernier.

«Notre gouvernement a pris cette décision afin de consolider 40 emplois à Grande-Vallée. Il faut être conséquent dans nos décisions et on ne pouvait pas retenir tout ce bois à Grande-Rivière. Nous avons ainsi acquiescé à la demande de GDS qui nous le demandait depuis deux ans. C’est une question de logique», souligne M. Mamelonet, ajoutant en avoir fait l’annonce mercredi après-midi aux élus de Rocher-Percé.

Irrecevable

Selon la mairesse de Chandler, Louisette Langlois, cette décision est irrecevable. «C’est aberrant. Le gouvernement du Québec a fait preuve de zéro écoute envers nous! Je n’en reviens tout simplement pas», s’indigne-t-elle.  

Mme Langlois comptait sur ce bois pour lancer le projet d’Atlantic Fiber Resources  devant créer 200 emplois grâce à la construction d’une usine de sciage et d’une usine de fabrication de granules dans le parc industriel de la municipalité.

Le seul espoir pour que le projet d’Atlantic Fiber puisse recevoir le feu vert de Québec est le transfert de 80 000 mètres cubes de bois attachés à l’usine Cédrico à La Martre vers Rocher-Percé. Mais cela peut prendre quelques semaines encore, confirme M. Mamelonet. «On attend juste de connaître le plan financier que doit déposer Atlantic Fiber au ministère du Développement économique à la mi-janvier. Mais ce dossier avance bien.»

«Une sale annonce»

Le maire de Grande-Rivière, Bernard Stevens, rageait au bout du fil. «Je suis très mécontent! On avait 400 000 mètres cubes dans la MRC en 2005. Aujourd’hui, on n’a plus rien. Je n’en dirai pas plus parce que je préfère que M. Mamelonet rende publique cette sale annonce lui-même.»