• lundi 09 décembre 2019 14 h 29

  • Météo

    0°C

  • Marées

Actualités

24 septembre 2014 9 h 31

Les décideurs de la région dénoncent « la poubelle de l’Amérique »

Partager

GASPÉ – Les décideurs de la région s’inscrivent en faux contre une manchette du Journal de Québec, publiée lundi, qualifiant le projet de cimenterie de Port-Daniel de « poubelle de l’Amérique », en raison des émissions de gaz à effet de serre qui seront produits par l’usine de Ciment McInnis lorsqu’elle sera en exploitation.

Le quotidien de la capitale écrivait dans son édition de lundi que la cimenterie allait devenir un incinérateur de déchets des raffineries, en brulant jusqu’à 175 000 tonnes de coke de pétrole par année, ce qui aurait des impacts sur le bilan des émissions de gaz à effet de serre du Québec.

« On s’aperçoit que le lobby du groupe Lafarge est excessivement fort et je pense que plus ça va aller, plus ils vont beurrer épais », lance la préfète de Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, à la lecture de cette manchette.

« C’est évident qu’on fait face à une campagne de désinformation qui a pour but de salir la réputation de la Gaspésie. La Gaspésie n’est pas la poubelle de l’Amérique du Nord et elle a le droit de se développer comme n’importe laquelle des autres régions », renchérit le président de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Daniel Côté.

« C’est une fausse nouvelle. C’est une information que tout le monde a depuis environ deux ans et là, on le ressort avec un titre sensationnalisme simplement pour faire plaisir au lobby des cimenteries », ajoute M. Côté.

« Je suis convaincue que dans quelques années, on sera cité comme étant une région qui aura réussi à travailler en parallèle le développement industriel et touristique », avance Mme Lebouthillier.

« Ça va être la cimenterie la plus écoresponsable en Amérique du Nord et peut-être au monde. Elle vient remplacer de vieilles cimenteries désuètes et polluantes », estime de son côté Daniel Côté.

Appui du premier ministre

Participant à une conférence sur le climat de l’ONU à New York cette semaine, le premier ministre Philippe Couillard a défendu la création d’emplois de qualité pour la région, soutenant que c’est un faux débat d’opposer le développement économique et la lutte aux changements climatiques. Il soutient qu’avec la bourse du carbone, la cimenterie aura le choix de payer pour continuer à polluer ou encore trouver des sources d’énergie alternatives.

« C’est une très bonne nouvelle que le projet puisse compter sur l’appui de notre premier ministre », indique M. Côté.

Le directeur général de la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé, Olivier Nolleau, rappelle que des discussions ont cours entre Pétrolia, qui aurait des réserves de gaz naturel pour alimenter la cimenterie via le projet Bourque, et Ciment McInnis. Cette solution réduirait de 20 % les émissions de gaz à effet de serre de la cimenterie, si cette opportunité se réalisait, rappelle-t-il.