• mercredi 11 décembre 2019 16 h 36

  • Météo

    -7°C

  • Marées

Actualités

Éditorial
12 mars 2015 12 h 24

MERCI BEAUCOUP, GEORGES

Thierry Haroun

Libre arbitre

Partager

En juillet 1989, dans ma jeune vingtaine, je débarque à Percé avec ma guitare après un long périple en Europe. J’avais les cheveux longs et je portais mes sabots orange en bois que j’avais achetés en Hollande et que tu trouvais bien curieux. J’étais pratiquement sans le sou et je cherchais du travail. Une jolie jeune dame, rencontrée dans un café, qui deviendra ma compagne de vie, m’indique qu’un certain Georges Mamelonet cherchait un cuisinier pour sa crêperie. Je me dirige vers le quai de Percé, là où je pouvais te trouver, m’avait-on dit. Justement, tu sortais de l’eau en habit de plongeur.

« Vous êtes M. Mamelonet? »
« Oui. Que voulez-vous? »
« Je m’appelle Thierry. On me dit que vous cherchez un cuisinier »
« T’as déjà fait des crêpes? »
« Euh… non »
« C’est bien, tu commences demain à 11 h »

Cette petite anecdote relatant notre première rencontre démontre qui tu étais au fond : quelqu’un qui faisait confiance aux autres, ce qui, par ricochet, donnait à cette personne confiance en elle-même. Pour qui t’as côtoyé pendant des années, comme j’en ai eu l’honneur, sait à quel point tu étais un bâtisseur, un développeur, un passeur de « confiance ».

Je me souviens de t’avoir dit, au moment où tu as été élu député en décembre 2008, que l’Assemblée nationale allait profiter certes d’un nouveau député, mais doublé d’un homme de maintenance exceptionnel, ce qui t’avait bien fait rire tellement tu cumulais de nombreux talents : tu savais construire des bateaux, des maisons, la mer n’avait aucun secret pour toi, la science, les mathématiques, pas de problème. Je me souviens des plans et devis que tu dessinais toi-même…

Bref, tu étais un centre de formation à toi tout seul et tu aimais transmettre tes connaissances.

Pour ceux qui ne le savaient pas, tu parlais l’espagnol par-dessus le marché et tu aimais la musique de Zappa (moi, pas trop), mais on aimait tous les deux le jazz cubain.

Une dernière chose. Ne t’étonne pas du concert d’éloges manifesté par de nombreux Gaspésiens qu’on entend depuis ton départ et qui va se poursuivre dans le temps. Tu le mérites bien.

Merci beaucoup Georges.

NDLR

Dans son Libre Arbitre imprimé en début de semaine dans le Journal GRAFFICI  distribué ces jours-ci sur tout le territoire gaspésien, Thierry Haroun traite de la position du Parti libéral du Québec relativement aux mesures d’austérité du Gouvernement Couillard. M. Mamelonet y est cité à titre de président de l’Association du parti. Vous comprendrez donc que GRAFFICI.CA a décidé de ne pas mettre en ligne ce texte, suite au décès tragique de M. Mamelonet.

Nos condoléances aux proches du défunt.

La Rédaction.