• lundi 09 décembre 2019 08 h 17

  • Météo

    -3°C

  • Marées

Actualités

5 mars 2014 15 h 34

Murdochville : la résidence pour aînés aux trois quarts vide

MURDOCHVILLE - Le centre Aventure Murdochville, qui héberge des personnes âgées, a du mal à trouver des locataires. Seulement trois des douze logements sont occupés, deux ans  après l’ouverture.

Le bâtiment d’Aventure Murdochville a coûté 3,3 millions de dollars. Les principaux bailleurs de fonds sont la Société d’habitation du Québec (SHQ) et la Ville de Murdochville. L’édifice abrite aussi une garderie de 21 places, qui affiche complet, ainsi que le garage des Ambulances Radisson.
« Quand on voulait le construire, on avait 48 noms [d’aînés intéressés] juste de Murdochville, 27 noms de l’extérieur et j’avais de la place pour 20 », rapporte Gilles Chrétien, coordonnateur d’Aventure Murdochville, l’organisme sans but lucratif qui possède et gère la bâtisse.
Les aînés de Murdochville doivent d’abord vendre leur maison avant de déménager en résidence, explique M. Chrétien. Comme le marché immobilier est faible, ils décident de demeurer chez eux.
Deux résidences pour aînés se sont ajoutées dans le village voisin de Mont-Louis, ajoute le coordonnateur, ce qui a diminué la demande de l’extérieur.
Appel aux aînés gaspésiens
Aventure Murdochville doit conserver sa vocation d’accueil des personnes âgées autonomes et semi-autonomes à cause de la subvention reçue de la SHQ, mais projette de publiciser ses logements à la grandeur de la Gaspésie, et même du Québec, indique M. Chrétien.
D’anciens résidents de Murdochville ou des aînés des municipalités voisines pourraient être intéressés, croit M. Chrétien. « Il y a des listes d’attente partout. Juste à [la résidence pour aînés de] Grande-Vallée, il y a une liste de 90 noms! »
Il y a une leçon à tirer de l’expérience de Murdochville, estime le coordonnateur. « Avant de construire une résidence pour aînés, ce n’est pas une liste d’attente que ça prend, mais des contrats signés [avec les futurs locataires]. »
La résidence emploie deux personnes à temps plein (dont M. Chrétien) et une à temps partiel, notamment pour servir des repas aux cinq résidants.
Un mode d’hébergement à questionner
La mairesse de Murdochville, Délisca Ritchie Roussy, croit qu’il faut « requestionner ces façons d’héberger les gens. » « On offre maintenant beaucoup de soins à domicile aux aînés, et ils veulent demeurer chez eux le plus longtemps possible », dit-elle. Les aînés devront aussi obtenir un « prix décent » pour leur maison avant de déménager en résidence, ajoute la mairesse.