• dimanche 08 décembre 2019 20 h 49

  • Météo

    -4°C

  • Marées

Actualités

24 octobre 2013 15 h 13

Rocher-Percé : aspirants maires et préfets confrontent leurs idées

CHANDLER - Les aspirants à la mairie de Chandler et à la préfecture de la MRC du Rocher-Percé ont croisé le fer dans un débat politique, tenu hier.

À la mairie de Chandler, Philippe Berger et Louisette Langlois ont confronté leurs idées. Si Louisette Langlois mise sur le milieu de vie pour créer une ville attirante pour les investisseurs, Philippe Berger, pour sa part, prône la création d’emplois. « Le plus facile à créer, c’est chez nous, avec nos gens d’affaires et  ensuite d’avoir un forum sur la création d’emploi ici, à Chandler », affirme M. Berger.

Si Louisette Langlois, mairesse sortante, et Philippe Berger ne marchent pas toujours main dans la main, les deux candidats n’ont pas hésité à se reprocher leurs erreurs mutuellement. Or, dans chaque cas, les accusations n’ont qu’apporté à chacun l’occasion de prouver ses talents d’argumentation sans déboucher sur des résultats réellement tranchants.

Au sortir de ce débat, Louisette Langlois se distingue de son concurrent par son intérêt à miser sur le développement récréotouristique afin de permettre à sa ville de se développer, alors que Philippe Berger désire d’abord supporter la création d’emplois avant d’investir dans le tourisme.

Philippe Berger a émis des doutes quant à l’impact sur l’industrie touristique de la création du Circuit des Bâtisseurs, lorsqu’un citoyen a demandé si la ville était prête à recevoir des touristes. « Une ville mono-industrielle qui change de vocation, ça ne se fait pas du jour au lendemain. (…) Je suis d’accord qu’il faut changer sa vocation, mais je ne crois pas qu’on va attirer tout de suite 1100 nuitées », a précisé M. Berger, avant de répéter qu’il faudrait d’abord miser sur l’emploi.

De son côté, Louisette Langlois a affirmé: « Je reçois beaucoup de courriels de gens qui me disent que Chandler n’a plus le même visage et qu’ils vont revenir, ce qui est très encourageant ».

Préfecture

Du côté de la préfecture, Diane Lebouthillier, préfète sortante, Edmond Sirois et Maurice Anglehart ont pris parole. Si les trois candidats se rejoignent dans leur désir de développer la région de façon durable, ils ont cependant trois visions différentes de la façon dont il faudrait le faire.

M. Sirois pense qu’il faut d’abord miser sur les ressources accessibles, comme les produits de la mer, et encourager les industriels de la région dans leur travail. Diane Lebouthillier et Maurice Anglehart misent sur le dossier de l’aéroport et du train pour rétablir une possibilité d’échanges commerciaux de masse.

Les trois candidats se sont présentés en faveur du projet de cimenterie de Port-Daniel. Or, dans ce cas, la gestion écologique du projet est différente pour les trois. Alors qu’Edmond Sirois penche pour faire confiance aux entrepreneurs quant au respect des normes environnementales, Maurice Anglehart et Diane Lebouthillier misent plutôt sur une saine vigilance en collaboration avec le ministère de l’Environnement. De plus, Diane Lebouthillier affirme que les groupes écologistes ont également un rôle à jouer comme chien de garde dans ces dossiers d’envergure, et que les entreprises se doivent d’être transparentes.

Maurice Anglehart a proposé la nationalisation du pétrole en spécifiant que l’or noir serait une ressource intéressante pour consolider la dette du Québec. Il a également proposé d’envoyer les chômeurs à l’école des Pêches et de l’Aquaculture pour les préparer à une disponibilité d’emplois dans les années à venir. Les trois candidats se sont prononcés en faveur de la sauvegarde de l’établissement d’éducation et ont souligné l’importance d’une population éduquée pour une meilleure qualité de vie.

Du côté social, Diane Lebouthillier a rappelé l’importance de développer des services en lien avec les politiques familiales et municipalité amie des aînés, notamment pour assurer notamment le transport des patients des extrémités du territoire vers le CSSS de Chandler. De son côté, Maurice Anglehart fait de la maison le R.A.D.E.A.U. son cheval de bataille, pour la convertir en résidence pour personnes âgées et en y maintenant deux lits de soins palliatifs.

Étiquettes :