• mardi 10 décembre 2019 23 h 06

  • Météo

    5°C

  • Marées

Actualités

16 juin 2014 16 h 10

Surplus de 342 000 $ au CSSS du Rocher-Percé

Partager

CHANDLER – Le CSSS Rocher-Percé est le seul établissement de la région à enregistrer des surplus pour la dernière année. Une philosophie de gestion implantée depuis au moins 20 ans expliquerait le surplus de 342 000 $ réalisé au cours de l'exercice financier 2013-2014.

« Nous avons une philosophie de gestion qui vise l’optimisation, mais aussi de qualité des services à la population de façon à donner de meilleurs services avec le moins de gaspillage possible », indique la directrice générale, Chantal Duguay.

Un suivi financier se fait mensuellement. Ainsi, si des problèmes apparaissent, un ajustement est fait rapidement. « C’est un travail d’équipe qui demande aux gestionnaires un travail quotidien afin de s’assurer que ce qu’on fait est la bonne chose au bon moment et par la bonne personne », explique Mme Duguay.

L’optimisation est amorcée depuis 10 ans au sein du CSSS, mais elle avait pris naissance au CLSC dans les années 1980. « C’est un héritage que l’on continue et qui porte fruit », souligne-t-elle.

D’autres compressions à venir

L’Agence de santé et de services sociaux Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine s’attend à devoir appliquer de nouvelles compressions de 4,6 M$ pour l’exercice financier en cours.

« Je n’ai jamais géré en faisant des coupures. Nous, on réorganise. On a de moins en moins de marge de manœuvre », indique Mme Duguay qui évalue un redressement budgétaire possible de 700 à 800 000 $, selon les informations qui circulent.

« On ne veut pas toucher aux services à la clientèle », lance Mme Duguay qui a comme objectif un budget équilibré.

Plusieurs projets sur la table

Plusieurs projets sont sur la table au CSSS Rocher-Percé. Parmi ceux-ci, les Services externes de gériatrie ambulatoire, annoncés en septembre 2013. Les plans et devis finaux doivent être adoptés cette semaine pour aller en appel d’offres. La construction devrait s’amorcer au printemps 2015. C’est un projet de 4,5 M$.

Le projet d’agrandissement de la Villa Pabos, évalué à 23 M$, est toujours sur la table de travail. Cependant, la construction de la salle multifonctionnelle est en cours et sera livrée au mois d’octobre. Par ailleurs, des travaux sont amorcés au CLSC afin de réaménager l’accueil.

Quant à l’hémodialyse au centre hospitalier, les huit places disponibles sont maintenant occupées. « On est complet. On a atteint notre vitesse de croisière. Nous avons une liste d’attente », indique Mme Duguay.

Le volume et la clientèle permettraient de développer davantage les services. « On pourrait aussi regarder l’univers de l’hémodialyse et il y a de plus en plus de possibilités d’offrir les services à domicile. Il faudrait voir s’il y a des cas dans notre liste d’attente qui se prêterait à cet exercice », analyse Mme Duguay qui précise que les besoins de la clientèle et la technologie doivent être d’abord étudiés.