• dimanche 15 décembre 2019 19 h 59

  • Météo

    -3°C

  • Marées

Actualités

18 février 2013 13 h 59

Un concours pour développer l’entrepreneuriat des élèves

Partager

Deux organismes dédiés à l'emploi veulent développer l'esprit d'entreprise des élèves dans la MRC de la Côte-de-Gaspé.

Le Carrefour jeunesse-emploi de la MRC Côte-de-Gaspé et l’incubateur d’entrepreneurs GENESIS du Centre de formation C.-E.-Pouliot de la commission scolaire des Chic-Chocs ont récemment lancé le concours Le grand défi : bâtir ma région.

Les deux groupes ont invité les élèves de la maternelle jusqu’au secteur des adultes à présenter des idées d’entreprise qui ont un impact sur leur collectivité et à développer leurs valeurs entrepreneuriales.

Par la suite, ils devront convaincre trois «coachs» que leur projet est le bon, en suivant l’exemple de l’émission «Dans l’oeil du dragon», diffusée à Radio-Canada.

«On va mettre la charge sur les épaules des jeunes. C’est leur idée. C’est eux qui vont le réaliser. C’est ce qui est différent dans le concept proposé», explique l’agente de sensibilisation à l’entrepreneuriat jeunesse du Carrefour jeunesse-emploi de la MRC Côte-de-Gaspé, Julie Plourde.

Parmi les projets présentés, 35 idées recevront une bourse de 200$ pour permettre de les développer.

Ensuite, les participants devront s’associer à un parrain, réaliser le projet, participer à des ateliers et rencontrer un mentor qui les guidera dans leur processus de développement de leur entreprise.

«Ces gens-là vont les questionner, les faire réfléchir pour les amener vers une certaine direction afin que leur projet fonctionne», explique Mme Plourde.

Les lauréats se partageront des bourses totalisant 8000$ à la fin du concours, en juin.

Un Salon des jeunes bâtisseurs sera organisé le 1er juin afin que les élèves puissent présenter leur travail à la population.

Si l’expérience vécue cette année dans la MRC de la Côte-de-Gaspé est concluante, le projet pourrait prendre de l’expansion l’an prochain. «On voulait commencer à un plus petit niveau pour ensuite faire participer tous les jeunes de la commission scolaire», précise Mme Plourde.